Explosion d'une voiture piégée devant l'entreprise pétrolière italienne ENI à Tripoli

L'explosion n'aurait, selon les premiers éléments, pas fait de victime.© Capture Twitter @MatogSaleh
L'explosion n'aurait, selon les premiers éléments, pas fait de victime.

En quelques semaines, c'est la seconde fois que le complexe pétrolier de Mellitah, géré par l'entreprise italienne ENI, est la cible d'actes terroristes en Libye.

Une voiture piégée a explosé ce lundi devant le siège de l'entreprise pétrolière Mellitah, propriété du géant pétrolier italien ENI, dans la capitale Libyenne, Tripoli. Selon les premières constatations, l'explosion importante n'a pas fait de victime, ni de blessé, mais a causé d'importants dégâts sur le bâtiment.

Mellitah est le nom d'un énorme complexe pétrolier et gazier qui appartient à l'entreprise italienne ENI, qui gère cette usine en lien avec l'entreprise de l'Etat libyen, NOC. 

Historiquement présent en Libye, ancienne puissance coloniale italienne, le pétrolier ENI est le premier producteur étranger de pétrole brut en Libye. Dès septembre 2011, suite à la chute du colonel Kadhafi, ENI avait repris ses activités en Libye après avoir stoppé ces dernières pendant plusieurs mois en raison des combats. Ce week-end, le groupe pétrolier a par ailleurs annoncé la découverte, à une centaine de kilomètres des côtes égyptiennes, d'une énorme gisement gazier. Au mois de mars déjà, un important gisement avait été découvert par l'entreprise italienne dans le prospect Bahr Essalam South à 82 km au large et à 22 km du champ de production Bahr Essalam.

Il y a un peu plus d'une semaine déjà, le complexe de Mellitah, situé à l'Ouest de Tripoli, avait été la cible des terroristes. Quatre Italiens salariés de l'entreprise de BTP Bonatti, qui travaille avec le pétrolier ENI, ont ainsi été enlevés par un groupe djihadiste. L'Italie avait appelé tous ses ressortissants à quitter la Libye en février dernier. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales