Autriche : le chancelier Kurz renversé par le Parlement après un scandale de corruption

Autriche : le chancelier Kurz renversé par le Parlement après un scandale de corruption© Reuters / Lisi Niesner
Le chancelier Kurz a été renversé par un vote du Parlement (image d'illustration).

Dix jours après le scandale de l'Ibizagate, qui avait fait voler en éclat son gouvernement de coalition, le chancelier autrichien conservateur Sebastian Kurz a été renversé par un vote des principaux partis d'opposition.

Il s'agit d'un vote sans précédent dans l'histoire de la République d'Autriche. Ce 27 mai, le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz a été renversé par un vote des principaux partis d'opposition. Les sociaux-démocrates, ainsi que le parti nationaliste FPÖ ont apporté leurs voix à la motion, introduite par l'élu écologiste Peter Pilz.

Heinz-Christian Strache, chef du FPÖ avait démissionné de son poste de vice-chancelier, faisant voler en éclat la coalition au gouvernement, une dizaine de jours après le scandale de corruption dit de l'Ibizagate.

Le 17 mai, les médias allemands Der Spiegel et Süddeutsche Zeitung avaient en effet dévoilé une vidéo montrant la rencontre du vice-chancelier et dirigeant du parti nationaliste avec une femme qu’il pensait être liée à une personnalité russe influente, selon ces mêmes sources.

Le président du FPÖ est filmé discutant avec son interlocutrice de la possibilité pour cette dernière d’investir de l’argent dans son parti. L’échange tourne autour de la prise d’une importante participation dans le Kronen Zeitung, un puissant tabloïd autrichien, premier tirage du pays, pour en faire un média favorable au FPÖ. Heinz-Christian Strache, accompagné de son fidèle lieutenant Johan Gudenus, chef du groupe parlementaire du FPO, explique à la jeune femme qu’il pourrait, en échange de son soutien, lui attribuer plus facilement des marchés publics.

Après ce scandale, Heinz-Christian Strache avait présenté sa démission afin de ne pas nuire à la coalition. Il avait qualifié la vidéo d'«assassinat politique», assurant que l'échange avait été sorti de son contexte. Sebastian Kurz, de son côté, s'était distancié de ce partenaire de coalition et avait appelé à des élections anticipées afin, selon lui, de «restaurer la confiance dans les institutions publiques».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»