L'Australie veut plus de frappes européennes contre Daesh pour «résoudre la crise des migrants»

L'Australie veut plus de frappes européennes contre Daesh pour «résoudre la crise des migrants»© Umit Bektas Source: Reuters
Pour la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, l'avancée de Daesh en Irak et en Syrie est la première cause de la crise des migrants.
Suivez RT France surTelegram

La ministre des Affaires étrangères australienne a appelé l'Europe à une participation plus active à la lutte contre Daesh. Julie Bishop affirme que des frappes européennes pourraient arrêter l'afflux de migrants qui submerge le continent.

«Plus de 40% des personnes qui cherchent l'asile en Europe viennent de Syrie. Nous devons présenter un front uni pour défaire les organisations terroristes qui provoquent le déplacement de tant de gens». Ainsi s'est exprimée la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, lors d'une conférence de presse. Alors qu'une coalition menée par les États-Unis mène des frappes sur les positions de Daesh en Irak et en Syrie depuis fin 2014, l'Australie a ainsi appelé à une plus forte intervention militaire.

En savoir plus : Daesh se niche au plein cœur de l’UE

«Déjà une soixantaine de pays soutiennent d'une façon ou d'une autre la coalition», a-t-elle ajouté. «Mais certains pays peuvent en faire davantage en terme de frappes aériennes. Celles-ci se sont révélées inefficaces pour empêcher l'Etat islamique de gagner du terrain et d'infliger tant de violence barbare», affirme la ministre, alors que seuls quelques pays européens, tels la France et la Grande-Bretagne, participent aux frappes aériennes contre Daesh.

En savoir plus : Daesh a bombardé les stars d’une émission de télé-réalité australienne en Syrie (VIDEO)

Pour Bishop, les avancées de l'organisation terroriste et la crise des migrants sont intimement liées. «Les voisins de la Syrie et de l'Irak, le Liban et la Jordanie entre autres, subissent la plus grosse part du fardeau représenté par les millions de personnes qui arrivent sur leur territoire et partent ensuite vers l'Europe», a-t-elle souligné lors d'une interview publiée par le quotidien The Australian. «C'est pourquoi je pense que les Européens doivent s'impliquer dans les frappes de la coalition et les efforts en Syrie et en Irak», a-t-elle conclu.

En savoir plus : Un médecin australien appelle ses «confrères et consœurs» à rejoindre le djihad contre l’Occident

Depuis le début de la guerre civile en Syrie, 7,6 millions de civils ont fui le pays, cherchant refuge à l'étranger, alors que 422 000 sont toujours assiégés par des belligérants, forces rebelles, armée gouvernementale de Bachar Al-Assad ou organisations terroristes telles que Daesh ou Al-Norsa (branche syrienne d'Al-Qaïda).

En savoir plus : Première visite du chef des opérations humanitaires de l'ONU dans une Syrie déchirée par la guerre

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix