Elections fédérales en Belgique: percée des nationalistes flamands, casse-tête gouvernemental en vue

Elections fédérales en Belgique: percée des nationalistes flamands, casse-tête gouvernemental en vue© REUTERS/Yves Herman
Image d'illustration.

Le parti séparatiste flamand anti-immigration Vlaams Belang exploserait en Flandres, où les nationalistes de la NVA restent le plus gros parti. Au sud, le PS serait en tête. Les négociations en vue de former un gouvernement s'annoncent périlleuses.

Selon les premiers sondages, le Vlaams Belang, parti séparatiste flamand anti-immigration, signerait la grosse surprise des élections législatives fédérales belges en devenant la deuxième force politique dans le nord du pays, en Flandres. Il triplerait son score. La N-VA, composée de nationalistes flamands moins inflexibles sur l'immigration (notamment lorsqu'il s'agit d'importer de la main d'oeuvre), se maintiendrait en première position.

La Belgique est dirigée par un gouvernement minoritaire, emmené par Charles Michel (MR, centre-droit, wallon) avec la participation du CD&V (centristes flamands) et de l'Open VLD (centre-droit, flamand), depuis que les membres de la N-VA ont claqué la porte en marge de la signature du pacte de Marrakech.

Négociations périlleuses en vue

Avec cette nouvelle donne, les négociations en vue de former un nouveau gouvernement doté d'une coalition majoritaire s'annoncent particulièrement périlleuses.

Et pour cause, le paysage est tout autre au sud du pays, en Wallonie, où le parti socialiste se placerait en tête, au coude à coude avec le MR de Charles Michel. Le CDH (centriste) faiblirait légèrement. Ecolo réaliserait une percée, tout comme le PTB (gauche, seul parti unitaire du pays), qui enregistrerait une progression notable.

La coalition qui a longtemps dirigé la Belgique, baptisée la «Suédoise» et regroupant MR, N-VA, CD&V, et Open VLD, ne serait pas reconductible, selon les premières estimations puisque ces partis, combinés, auraient perdu une vingtaine de sièges sur les 85 dont ils disposaient lors du dernier scrutin.

Nombre de partis s'opposent par ailleurs à la participation du Vlaams Belang au gouvernement, faisant valoir la notion de «cordon sanitaire».

Réagissant à l'annonce des premières estimations, le Premier ministre sortant Charles Michel a estimé que celles-ci montraient «que la Belgique n’est pas épargnée par la montée en puissance des populistes extrémistes, comme c’est le cas dans d’autres pays européens».

Louis Maréchal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»