Quatre Français condamnés à mort en Irak pour appartenance à Daesh

Quatre Français condamnés à mort en Irak pour appartenance à Daesh© Stringer Source: Reuters
Un membre de l'organisation terroriste Daesh à Raqqa, en Syrie, en 2014 (image d'illustration).

Quatre Français ont été condamnés à mort pour appartenance au groupe terroriste Daesh, selon un magistrat de la cour de Bagdad qui les a jugés, cité par l'AFP. Un verdict inédit pour des ressortissants de ce pays.

Un magistrat de la cour de Bagdad a indiqué à l'AFP que trois Français, qu'il a jugés, avaient été condamnés à mort le 25 mai pour appartenance au groupe terroriste Etat islamique. Il s'agit de Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou, arrêtés en Syrie par une alliance arabo-kurde anti-Daesh avant d'être transférés en Irak en février. Un quatrième Français, ancien militaire en Afghanistan, a été frappé de la même sanction pour les mêmes raisons le 27 mai, selon l'AFP. Il s'agit de Mustapha Merzoughi, 37 ans. Selon la loi irakienne, ils ont 30 jours pour faire appel.

C'est la première fois que des djihadistes français sont condamnés à une telle peine en Irak. Jusqu'alors, trois Français avaient été reconnus coupables par la justice de ce pays d'avoir rejoint Daesh et avaient été condamnés à la prison à perpétuité – une peine qui équivaut, en Irak, à 20 ans de détention. En outre, neuf autres Français doivent encore être jugés dans ce pays.

Paris interviendra-t-il pour empêcher l'exécution de ces peines ?

La question du jugement des djihadistes français en Irak et en Syrie s'impose à l'exécutif depuis plusieurs mois. Interrogée le 27 février sur RMC/BFMTV à propos de la peine de mort que pourraient encourir les djihadistes français en Irak, le ministre de la Justice Nicole Belloubet avait déclaré : «Vous savez là aussi qu’il y a une limite, puisque notre pays n’accepte pas la peine de mort et donc si tel est le cas en Irak, évidemment nous interviendrions pour demander que cette peine ne soit absolument pas exécutée, c’est une condition sine qua none.» 

Lire aussi : La France refuse de rapatrier des enfants de djihadistes, des grands-parents saisissent la CEDH

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»