À Porto-Rico, une campagne pour rattacher l’État à l'Espagne

À Porto-Rico, une campagne pour rattacher l’État à l'Espagne© Reuters Pholographers Source: Reuters
Déçus de ne pas pouvoir devenir un Etat des Etats-Unis, les Porto-Ricains cherchent des solutions alternatives.

Criblé de dettes et alourdi par le chômage, Porto-Rico cherche des solutions à sa crise. Une idée a récemment émergé : quitter le protectorat américain et se rattacher à la mère nation : l'Espagne.

«En retournant à l'Espagne, nous retrouverons notre autonomie». C'est par ce paradoxe que José Nieves Seise, le fondateur du groupe Réunification de Porto-Rico avec l'Espagne, explique sa volonté, affirmant qu'«avec cette autonomie, Porto-Rico aura suffisamment de pouvoir pour dynamiser son économie et attirer des investissements étrangers». Une décision qui signifie aussi une séparation entre le territoire et les États-Unis qui y connaissent une certaine hégémonie. En tant que territoire non-incorporé, Porto-Rico n'a pas le statut d’État, mais reste néanmoins profondément lié à Washington.

En savoir plus : Porto Rico serait-elle la Grèce de la Caraïbe ?

L'idée du groupe Réunification de Porto-Rico avec l'Espagne, fondé en 2013, est donc de devenir la 18e région autonome de l'Espagne. Il compte aujourd'hui plus de 3 000 membres et se complaît dans une forme de nostalgie hispanique. «En réalité [Porto-Rico] faisant parti intégrante de l'Espagne. Les États-Unis nous ont envahis en 1898 et nous ont séparés contre notre volonté», explique Nieves Seise.

En savoir plus : Les Etats-Unis sont devenus le second pays hispanophone du monde

L'idée va être compliquée à appliquer, notamment car elle signifie remettre en question le Traité de Paris de 1898, qui a marqué le changement de main de l'île. Le groupe est néanmoins parvenu à rencontrer des dignitaires espagnols en 2014. «Notre but était simplement de les informer de l'existence et du sérieux de notre mouvement», explique encore Nieves Seise, qui a l'intention d'envoyer ce mois-ci une lettre au roi d'Espagne Felipe VI, pour présenter le mouvement au souverain.

En savoir plus : Des fonds vautours exigent de Porto Rico des mesures d’austérité drastiques

Cette volonté de rejoindre la couronne d'Espagne est née d'une frustration, celle du refus des États-Unis d'accorder à Porto-Rico le statut d’État de la fédération. En 2012, un référendum indiquait que 54% des 3,5 millions habitants de l'île était favorable au changement de statut du territoire et souhaitaient de venir le 51e État des USA. Un choix ignoré par Washington, d'où la naissance de nombreux mouvement de résistance à Porto-Rico, également motivé par la crise économique qui alourdi le pays. Parmi ces mouvements, certains luttent pour intégrer la nation américaine, d'autres pour une indépendance totale, et celui de Nieves Seise, enfin, pour un attachement à la couronne d'Espagne.

En savoir plus : En défaut de paiement, Porto Rico se retrouve à la merci des fonds de pension américains

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»