Le navire de torture de Pinochet exposé à un festival naval au Royaume-Uni

La Esmeralda© Wikipedia
La Esmeralda

Au festival naval de Greenwich (Royaume-Uni), des dizaines de voiliers sont présentés, y compris le magnifique Esmeralda, long de 113 mètres et battant pavillon chilien. Sauf que sous le régime de Pinochet, le navire servait de salle de torture.

Pour les dizaines de milliers de personnes qui se sont rendues à Greenwich, à l'Est de Londres pour le festival des grands voiliers, l'Esmeralda est un magnifique Quatre-Mâts parmi les autres amarré sur la Tamise autour du quartier de Canary Wharf. 

Pourtant, ce navire, appelé également «La Dama Blanca» (La Dame Blanche), long de 113 mètres et construit en 1953 pour la marine chilienne, possède un très sombre passé que les chiliens aimeraient oublier pour toujours. 

En effet, selon les rapports de plusieurs organisations telles que Amnesty International, à l'automne 1973, le navire a été utilisé pour détenir et torturer des opposants au régime d'Augusto Pinochet. Parmi les victimes figuraient notamment un prêtre colombien, le Père Michael Woodward.

Les rapports affirment que, lorsqu'il était amarré au port, 112 personnes, dont 40 femmes et plusieurs enfants ont été détenus et torturés à bord du navire. Viols, chocs électriques, simulacres d'exécutions et passages à tabac auraient été monnaie courante sur l'Esmeralda. 

Ainsi, une campagne Facebook a vue le jour appelant les visiteurs à protester contre la présence du voilier au festival de Greenwich, affirmant qu'il s'agit d'un refus d'assumer son passé et d'eprouver le moindre remord vis-à-vis des victimes des crimes de la dictature de Pinochet.

La page comporte plusieurs témoignages de victimes de tortures, dont un qui rappelle la façon dont les prisonniers étaient traîtés : «C'était l'enfer. Sous des lumières rouges, les bourreaux habillés en tenue de cérémonie du parti et portant des masques noirs torturaient sans scrupule les détenus. Pire, ils aimaient vraiment ça».

Sjors Mooyman, L'organisateur du festival «Sail Royal Greenwich 2015», a bien tenté de calmer le jeu en expliquant que, bien qu'étant au courant de son passé sombre, le festival était «fier de l'accueillir» car l'Esmeralda restait «un voilier magnifique esthétiquement» et ne devait pas être jugé sur l'utilisation qu'on a pu en faire «il y a plus de quarante ans».

Mais cet argument n'a pas du tout convaincu les exilés chiliens qui ont organisé une manifestation devant le navire vendredi après-midi. Indignés, les manifestants ont affirmé qu'en vertu du droit international et de la Convention européenne des droits de l'Homme, les gouvernements européens devraient empêcher le navire d'entrer dans les ports de leur pays.

Des chiliens ont manifesté devant le navire pour protester contre sa présence banalisée au festival de Greenwich.© Capture d'écran www.chilescda.org
Des chiliens ont manifesté devant le navire pour protester contre sa présence banalisée au festival de Greenwich.

Selon Claudio Correa, un ancien fonctionnaire du gouvernement chilien qui vit aujourd'hui à Londres et qui a vu de ses propres yeux les tortures infligées aux prisonniers sur l'Esmeralda, le navire devrait pouvoir être exposé en Grande-Bretagne, à condition que tous les éléments de son passé soient rappelés aux visiteurs afin qu'ils prennent conscience de son histoire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales