Où sont les femmes? L'essentiel des inscrits sur Ashley Madison était en fait des hommes

Où étaient les femmes sur le site de rencontre Ashley Madison?© Mark Blinch Source: Reuters
Où étaient les femmes sur le site de rencontre Ashley Madison?

Le site avait pourtant un slogan aguicheur: «Life is short. Have an affair» («La vie est courte. Ayez une liaison»). Le seul souci est que selon les calculs, il n'y aurait eu que 12 000 femmes inscrites pour 31 millions d'abonnés mâles.

Officiellement, le site de rencontres adultérines comptait 5 millions d'abonnées femmes. Mais cela était avant que des hackers piratent le site en juillet dernier et divulguent au monde entier les données informatiques privées des utilisateurs.

En savoir plus: Les données privées de millions d’utilisateurs d’un site de rencontre extra-conjugales piratées

Ces données d'utilisateurs suggèrent que beaucoup de profils des femmes inscrites sur Ashley Madison étaient de faux comptes. La plupart des adresses IP des prétendues femmes inscrites permettaient de remonter en fait au site Ashley Madison.

Selon des calculs précis du site Gizmodo, 20 millions d'hommes ont consulté leur messagerie sur Ashley Madison, contre seulement 1.492 femmes. Plus encore, sur le système de discussion instantanée, 11 millions d'hommes ont tenté de discuter avec seulement 2.049 femmes.

Pour trouver le nombre exact d'utilisatrices réelles, le site s'est basé sur celles qui ont fait la démarche d'effacer leur compte, puisque les femmes ne payent pas pour s'inscrire. Là encore, le résultat est plus que probant: il n'y en a eu qu'un peu plus de 12 000.

La maison-mère canadienne d'Ashley Madison, Avid Life Media,  a refusé de commenter ces calculs rapport de Gizmodo. Mais la société a maintenu sa récompense de 500.000 dollars pour toute information menant à l'arrestation des pirates de son site.

En savoir plus: Ashley Madison : le site d’adultère fait face à une poursuite de 578 millions de dollars

D'autant que le piratage des données informatiques ont pu mener, selon les autorités canadiennes, à au moins deux suicides de clients dont le vie privée avaient été brutalement mise à nu. Autre dommage collatéral du piratage, le PDG de la maison mère Avid Life Media a démissionné.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales