Des Anglais découvrent le quotidien d'un pays en guerre ...et détestent l'expérience !

Des Anglais découvrent le quotidien d'un pays en guerre ...et détestent  l'expérience !© Capture d'écran réalisée sur le site de The Independent

Les habitants d'une petite ville du Royaume-Uni ont été les acteurs involontaires d'une expérience tournée en caméra cachée. L'association à l'initiative de l'opération voulait faire ressentir aux gens ce qu'est la vie quotidienne d'un pays en guerre

Ecole fermée, magasins vides, check-point arbitraires: les habitants de cette petite ville du Surrey, au Royaume-Uni, ont eu la surprise de voir leur quotidien chamboulé par la guerre ou plutôt par les conséquences de la guerre.

L'association caritative Save the Children a ainsi embauché des acteurs et échafaudé différents scénarios reproduisant la vie chaotique et difficile de la population syrienne. Une expérience étonnante visant à recueillir en caméra cachée les réactions spontanées des habitants, si habitués aux facilités quotidiennes en Europe. 

Dans la première scène, enfants et parents découvrent stupéfaits que l'école est fermée, avec cordon de sécurité et barbelé. Un père demande des explications au policier de faction: «C'est inadmissible, nous n'avons pas été prévenus» s'agace-t-il ! La vidéo nous entraîne ensuite dans une supérette aux rayonnages...bien vides. Stupéfaction des clients qui ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas s'approvisionner normalement et s'étonnent de l'inflation des prix. La dernière scène, la plus forte, montre une mère dont l'enfant doit être conduit à l'hôpital paniquée devant un check-point arbitraire.   

A l'issue de l'expérience, parfois éprouvante, certains diront: «Je me disais mais pourquoi mes enfants ne peuvent pas aller à l'école? Cela m'a fait réaliser que nous ne devons être conscients de ce qui se passe, et sensibiliser nos enfants».

Pour Justin Forsyth, le directeur général de Save the Children, «si le citoyen européen moyen ne supporte pas d'être privé de nourriture, de soins ou d'école, pourquoi les familles syriennes le devraient-elles ?»
Selon le Haut Commissariat aux Réfufiés, un Syrien sur cinq est aujourd'hui réfugié et déjà quatre millions de personnes ont fui le pays depuis la fin de l'année dernière, causant la plus grave crise migratoire de l'Histoire depuis la Seconde guerre mondiale.

En savoir plus: Première visite du chef des opérations humanitaires de l'ONU dans une Syrie déchirée par la guerre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»