L'ancien président catalan Carles Puigdemont interdit d'être candidat aux européennes

- Avec AFP

L'ancien président catalan Carles Puigdemont interdit d'être candidat aux européennes© Yves Herman Source: Reuters
L'ancien président catalan Carles Puigdemont présente sa candidature aux élections européennes lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 10 avril 2019.

L'ancien président catalan, qui a fui en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice, a été interdit de se présenter aux européennes par les autorités électorales espagnoles, selon son parti indépendantiste.

Le parti indépendantiste de Carles Puigdemont, Ensemble pour la Catalogne, a transmis à la presse ce 29 avril une résolution des autorités électorales espagnoles, stipulant l'interdiction pour l'ancien président catalan de se présenter aux élections européennes de mai. Selon cette formation, les autorités électorales veulent ainsi «réduire au silence» Carles Puigdemont.

Contactée par l'AFP, l'autorité électorale s'est refusée à tout commentaire. 

Le Parti populaire (PP, droite) et les libéraux de Ciudadanos avaient présenté un recours devant les autorités électorales pour empêcher la candidature de Carles Puigdemont.

Principale figure de la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017, il avait été malgré tout désigné tête de liste de son parti aux européennes. «L'objectif est de faire entendre la voix de cette Catalogne qui veut être une république indépendante au cœur de l'institution qui représente les citoyens européens», avait-il expliqué récemment. 

Le parti indépendantiste de Puigdemont organise sa riposte juridique 

Ensemble pour la Catalogne a annoncé qu'il «déploierait immédiatement toutes les actions juridiques dans l'Etat espagnol et en Europe pour défendre les droits des trois candidats». «Il n'y a aucun obstacle juridique [à leur participation] sauf si on voulait les exclure pour raisons politiques», a également déclaré à l'AFP l'avocat de Carles Puigdemont, Gonzalo Boye. 

Cinq indépendantistes catalans, détenus et jugés actuellement à Madrid pour leur rôle dans la tentative de sécession de leur région, ont été élus parlementaires le 28 avril lors des élections législatives dont les socialistes sont arrivés en tête. Les partis indépendantistes catalans ont gagné du terrain, obtenant 22 des 350 sièges de la chambre des députés, et pourraient avoir un rôle clé dans les tractations en vue de la constitution d'une future majorité.

Lire aussi : Heurts à Barcelone entre indépendantistes et partisans du maintien en Espagne (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»