Cuba appelle la communauté internationale à freiner «la folie et l'irresponsabilité» de Washington

Cuba appelle la communauté internationale à freiner «la folie et l'irresponsabilité» de Washington© Yamil Lage Source: AFP
Collage réalisé par l'artiste et photographe français Jean René, alias JR, dans le cadre de la 13e Biennale de La Havane, le 10 avril 2019.
Suivez RT France surTelegram

Le ministre cubain des Affaires étrangères a dénoncé les nouvelles sanctions américaines à son encontre. Déplorant leurs lourdes conséquences pour l'économie de Cuba, il a appelé la communauté internationale à réagir.

Les récentes mesures américaines contre Cuba visent à «asphyxier l'économie» de l'île et à «punir le peuple cubain dans son ensemble», selon le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez. Celui-ci a appelé ce 26 avril la communauté internationale à freiner «la folie et l'irresponsabilité» du gouvernement américain.

Washington a décidé d'activer à partir du 2 mai le chapitre III de la loi Helms-Burton, qui permettra des poursuites contre des entreprises étrangères investissant à Cuba et de limiter les envois d'argent vers les familles de ce pays. «Ces mesures porteront un grave préjudice au secteur privé de l'économie cubaine», a estimé le chef de la diplomatie au cours d'une conférence de presse.

Pour Bruno Rodriguez, l'objectif de ces nouvelles sanctions serait «d'arracher des concessions politiques» au gouvernement cubain qui, selon lui, ne bougera pas d'un iota. «Malgré l'impact économique indéniable, le comportement de Etats-Unis et les mesures qui viennent d'être annoncées ne remettront pas en cause la ferme détermination de la résistance des Cubains, ni ne réussiront à satisfaire la vieille volonté [de Washington] de renverser la révolution et de contrôler le destin de Cuba», a-t-il assuré.

Washington, historiquement hostile au gouvernement cubain, et qui accuse le pays de soutenir militairement le Venezuela de Nicolas Maduro, a multiplié ces derniers mois les mises en garde et les sanctions contre l'île, soumise à un embargo depuis 1962. Ces mesures s'inscrivent dans une longue histoire conflictuelle entre les deux pays, Washington exerçant une pression permanente sur l'île socialiste depuis la révolution de 1959 qui a porté au pouvoir Fidel Castro.

Le 24 avril, les Etats-Unis ont porté à 219 le nombre d'entreprises cubaines avec lesquelles leurs citoyens ont interdiction d'entretenir la moindre relation commerciale. La majeure partie d'entre elles opèrent dans le secteur touristique et sont gérées par des sociétés mixtes, constituées par l'armée cubaine et des société étrangères. Outre les restrictions aux transferts d'argent vers Cuba, Washington a aussi réduit la validité des visas pour les Cubains souhaitant se rendre aux Etats-Unis, de cinq ans avec entrées multiples à trois mois et une seule entrée possible.

Actuellement, 13% des travailleurs cubains sont employés dans le secteur privé, après une ouverture historique décidée en 2008 dans cet Etat à l'économie jusque-là socialiste.

Lire aussi : Washington menace de s'en prendre aux entreprises étrangères présentes à Cuba, l'UE hausse le ton

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix