Ukraine : Les services secrets accusés d’utiliser la force de manière abusive

Une femme sort de sa maison, détruite par les bombardements, à Donetsk.  (REUTERS/Antonio Bronic) Source: Reuters
Une femme sort de sa maison, détruite par les bombardements, à Donetsk. (REUTERS/Antonio Bronic)

Selon le rapport du Comité anti-torture du Conseil de l'Europe, les membres du Service de sécurité d'Ukraine ont eu un recours excessif à la force au cours des actions militaires entreprises dans le Donbass, à l’Ouest du pays.

Selon l’agence RIA Novosti, le Comité anti-torture du Conseil de l’Europe a publié dans un rapport les cas dans lesquels les agents du Service de sécurité ukrainien ont fait un usage excessif de la force dans le cadres de leurs opérations dans le Donbass.


« On a obtenu ces données sur les cas d’usage excessif de la force par les agents du Service de sécurité ukrainien suite à la détention de manifestants ou après des cas de maltraitance lors d’interrogatoires. Les mêmes méthodes ont été utilisées par les soldats lors de la détention de suspects », souligne le rapport.


En ce qui concerne les évènements de l’hiver 2013-2014 à Kiev, il est indiqué dans le rapport que « les juges d’instruction et les procureurs ont déjà pris les mesures nécessaires pour identifier les possibles cas de mauvais traitements de la part des agents des services de sécurité lors des évènements de Maïdan ».

Selon le Comité anti-torture du Conseil de l'Europe, il y avait des délais pour enquêter sur certaines affaires et malgré la demande du procureur, des expertises médico-judiciaires n’ont pas pu être menées en raison du « manque de documents médicaux nécessaires », indique Ria Novosti.


Les représentants du Comité remarquent aussi qu’ils n’ont obtenu aucun document classé confidentiel de la part des autorités ukrainiennes, même du ministère de l'Intérieur.

Des rumeurs laissent entendre qu’ils auraient été supprimés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales