Des Turcs qui soutiennent la minorité chinoise Ouïghour suspectés de l'attentat de Bangkok

La police Thaïlandaise s'intéresse à la piste des Loups gris, un groupe nationaliste turc. Source: Reuters
La police Thaïlandaise s'intéresse à la piste des Loups gris, un groupe nationaliste turc.

L'attentat à Bangkok pourrait être une action des ultra-nationalistes turcs, proches des Ouïghours. Ils s'en seraient pris à la Thaïlande après la décision du pays d'expulser des Ouïghours en Chine, où ils se disent persécutés.

C'est une étonnante internationalisation du terrorisme. Suite à l'attentat du 17 août qui a tué plus de 20 personnes, la piste la plus sérieuse mène... en Turquie, à plus de 7000 kilomètres de Bangkok. Selon plusieurs médias locaux, la police thaïlandaise étudie actuellement la piste des « Loups gris », un groupe ultra-nationaliste turc.

Quant aux raisons qui auraient pu pousser un groupe terroriste turc à s'en prendre à la capitale de l'Indonésie, elles sont, là-aussi, étonnantes, et illustrent bien l'internationalisme du terrorisme. En effet, les «Loups gris» ont pris fait et cause, depuis les années 2000 pour la cause des Ouïghours, des musulmans du nord-ouest de la Chine qui se disent persécutés par le pouvoir central.

Or, au mois de juillet, la Thaïlande a pris la décision de renvoyer 109 membres de la minorité Ouïghour en Chine, tout en laissant leurs familles à prendre la direction de la Turquie. Ce qui a particulièrement agacé les «Loups gris» qui s'en sont pris, le 9 juillet dernier, à l'ambassade de Thaïlande en Turquie.

Selon les informations de RFI, la police thaïlandaise aurait récemment montré un passeport turc à des chauffeurs de taxis de Bangkok afin de tenter d'identifier le principal suspect.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales