Un viol dans une ville de Sibérie ravive la colère contre les migrants (VIDEO)

Un viol dans une ville de Sibérie ravive la colère contre les migrants (VIDEO)© Facebook / Aïssen Nikolayev
Le gouverneur Aïsen Nikolayev s'adresse à la foule à Yakutsk, en Russie, après le viol présumé d'une Iakoute par un Kirghiz, le 17 mars 2019.

Le viol d'une Iakoute par un Kirghiz dans la ville de Iakoutsk a provoqué une vive émotion. Alors que de nombreux habitants ont apporté leur soutien à la victime, certains ont violemment pris à partie la communauté centre-asiatique.

La ville sibérienne de Iakoutsk est encore sous le choc après le viol, le 17 mars, d’une femme originaire de la région par un homme qui serait, selon les médias russes, de nationalité kirghize. Le lendemain, plusieurs centaines d'habitants ont décidé de tenir un rassemblement en signe de soutien à la victime.  

Si la police locale n'a pour l'heure pas confirmé la nationalité du principal suspect, les immigrés d'Asie centrale se sentent de leur côté en insécurité. Sur des vidéos largement relayées sur les réseaux sociaux, on peut notamment voir certains habitants brutaliser physiquement des habitants originaires d'Asie centrale. Comme le rapporte l’agence russe Interfax, la majorité des commerçants de fruits et légumes ainsi que les chauffeurs de bus issus de cette communauté ont cessé leurs activités par peur de représailles. La police locale a en outre assuré qu'elle sanctionnerait durement les personnes qui seraient à l'origine de violences ethniques, selon les médias locaux. 

Les Iakoutes, un peuple turcophone sibérien de Russie, représentent plus de 50% de la population de la république de Sakha, appelée également Iakoutie. La région, quatre fois plus grande que la France, est également peuplée par des personnes essentiellement originaires d'Asie centrale.

Dans ce contexte troublé, les autorités locales ont choisi de tenir un discours anti-immigration : «L’invité qui insulte l’autre dans sa maison n’est plus un invité mais un ennemi», a lancé le 18 mars le gouverneur de la république de Iakoutie Aïssen Nikolaïev devant 5 000 personnes réunis dans un stade de la ville. «Nous sommes dans notre patrie, dans notre ville. Nous sommes les maîtres de notre terre et nous devons nous assurer que tout le monde le comprenne», a renchéri la maire de Iakoutsk, Sardana Avksentieva.

Dans une tentative d'apaiser les esprits, les forces de l'ordre ont publié des statistiques officielles mettant en exergue le fait que seulement quatre des 300 viols commis dans la région au cours de l'année dernière étaient le fait d'étrangers. Un rappel qui n'a pas, pour l'heure, fait disparaître les tensions. Cette affaire survient moins d'un an après qu'un autre viol très médiatisé a déclenché des tensions ethniques dans cette même ville. Le chef de la diaspora kirghize avait alors été contraint de présenter des excuses publiques.

Lire aussi : La cause ouïghoure, coqueluche de l’Occident, par Bruno Guigue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»