Twitter a enfin eu la peau de Politwoops, le site qui dénichait les tweets effacés de nos Politiques

© Capture d'écran réalisée sur le site de Politwoops

Le réseau social, invoquant «le droit à l'erreur», a décidé de bloquer l'accès à sa plateforme à Politwoops. Il y a trois mois, l'oiseau bleu s'en était déjà pris à la branche américaine du site.

« Imaginez comme ce serait stressant, voire même terrifiant, si tweeter devenait quelque chose d'immuable et d’irrévocable» a ainsi écrit Twitter à Open State -la fondation néerlandaise qui a lancé le site de Politwoops- pour justifier sa décision avant de poursuivre son argumentation, «tous les utilisateurs ont les mêmes droits. Respecter la suppression d'un tweet, c'est respecter la voix de son utilisateur».

Le site qui repêchait dans plus de trente pays (France, Allemagne, Canada, etc.) les tweets effacés (et souvent savoureux) des hommes et femmes politiques subit les foudres de l'oiseau bleu depuis plusieurs semaines déjà. En juin dernier, le géant du web avait en effet procédé de la même façon -fermer l'accès à sa plate-forme- avec la branche américaine de Politwoops, lui supprimant de facto sa source d'informations. L'interface de Politwoops reste pour le moment toujours active, même si plus aucun nouveau tweet supprimé n'apparaît depuis vendredi.

Pour Arjan El Fassed, le directeur de la fondation Open State, les tweets effacés des politiques ne sont pas anodins et permettent au contraire de mieux comprendre les enjeux politiques. «Ce que les politiciens élus disent publiquement est d’intérêt public » a-t-il expliqué dans un communiqué, «il ne s’agit pas ici de fautes de frappe, mais d’un accès unique à la manière dont les messages de politiciens élus peuvent changer sans que personne ne s’en rende compte ». Le nouveau site ciblant les bourdes 2.0 des diplomates du monde entier, Diplotwoops, est également concerné par cette suspension.

En savoir plus: Twitter condamne un site qui se régalait des tweets inavouables des politiques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales