«Attaque chimique» à Douma : que dit le rapport final de l'OIAC ?

«Attaque chimique» à Douma : que dit le rapport final de l'OIAC ?© Louai Beshara Source: AFP
Des Syriens marchent dans une rue de Douma.

Comme le laissaient supposer des conclusions partielles publiées plus tôt, le rapport de l'OIAC sur l'attaque chimique présumée sur Douma en avril 2018 conclut à un usage de chlorine, mais ne constate aucune trace d'agent neurotoxique.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a rendu publiques, le 1er mars, les conclusions de son rapport sur l'attaque chimique présumée sur Douma, survenue en avril 2018. Le texte fait état de «motifs raisonnables pour penser qu'un agent chimique toxique a été utilisé comme arme», qui contenait de la chlorine.

Le rapport ne désigne toutefois pas de responsable, car cela échappait à ses compétences à l'époque, les attributions de l'organisation n'ayant été élargies à cette question que plus tard. Il confirme en outre le chiffre de 43 morts, déjà évoqué dans des conclusions partielles publiées auparavant, en s'appuyant sur les témoignages de médecins et des photos ou des vidéos.

Une équipe d'inspecteurs de l'OIAC a recueilli plus de 100 échantillons sur sept sites à Douma lorsqu'ils ont pu accéder à la ville plusieurs semaines après l'attaque présumée. Elle n'a cependant découvert aucune preuve d'une utilisation d'agents neurotoxiques, dont faisaient pourtant état plusieurs parties prenantes au conflit.

L'OIAC rejette la version avancée par Damas, pour qui le gaz provenait d'une installation d'armes chimiques tenue par des rebelles et d'un entrepôt situé dans le secteur que ses inspecteurs ont pu visiter. «Après l'analyse des informations recueillies au cours des visites de l'entrepôt et des locaux soupçonnés d'être des lieux de production d'armes chimiques, il n'y a pas d'indications que ces installations aient été impliquées dans leur fabrication», conclut l'organisation.

Réaction des Occidentaux et de la Russie

Les Occidentaux, avec à leur tête les Etats-Unis, avaient accusé le gouvernement syrien d'avoir mené cette attaque présumée sur Douma et avaient attaqué des installations militaires syriennes en représailles. Sans surprise, la publication des conclusions du rapport de l'OIAC semble les avoir confortés dans leur conviction.

Le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, a affirmé que la Syrie devait désormais tenir sa promesse de détruire l'intégralité de ses armes chimiques, faite en 2013 après la mort de 1 400 personnes dans la région de la Ghouta, près de Damas, lors d'une attaque au gaz sarin selon l'ONU. «Le régime d'Assad doit stopper, déclarer et détruire son programme d'armes chimiques. Nous restons déterminés à demander justice pour les victimes», a tweeté Jeremy Hunt.

Son homologue français Jean-Yves Le Drian a de son côté réclamé que «l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien cesse et que les auteurs de tels actes soient sanctionnés». Il a aussi appelé la communauté internationale à «pleinement coopérer» avec les mécanismes mis en place par l'OIAC «pour permettre l’identification des auteurs de ces attaques». 

Pour sa part, la Russie a rejeté le rapport de l'OIAC. «L'incident de Douma n'est rien d'autre qu'une provocation mise en scène» par les secouristes bénévoles syriens connus sous le nom de Casques blancs, a tweeté l'ambassade de Russie à La Haye. 

Moscou déplore que l'OIAC n'ait pas tenu compte des éléments présentés par la Russie, la Syrie «et même des journalistes britanniques» – une référence à différentes déclarations récentes, dont la plus dernière en date émane du journaliste de la BBC Riam Dalati. Celui-ci soutient désormais que les images de l'attaque chimique présumée n'étaient qu'une «mise en scène». «Après presque six mois d’enquêtes, je peux prouver sans aucun doute que la scène de l'hôpital de Douma a été mise en scène. Aucun décès n'est survenu à l'hôpital», explique-t-il dans une série de messages sur Twitter.

Lire aussi : «La réalité réfutera le storytelling» occidental : l'interview de Bachar el-Assad sur RT

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter