«Captain Europe», le super-héros fédéraliste qui veut vous faire voter aux européennes

«Captain Europe», le super-héros fédéraliste qui veut vous faire voter aux européennes© Capture d'écran Twitter, @captain_europe
Capture d'écran de la page Twitter de la page Twitter de «Captain Europe».

Le Parlement européen fait la promotion d'un super-héros excentrique afin d'inciter les électeurs à aller voter lors des prochaines échéances, le 26 mai. Or, ce «Captain Europe», qui tient également un discours politique, ne fait pas l'unanimité.

Après les «Euro-lapins» promus par le mouvement pro-européen Pulse of Europe, c'est au tour d'un certain «Captain Europe» d'encourager les électeurs à se rendre aux urnes pour les élections européennes du 26 mai 2019. Le taux d'abstention est en effet traditionnellement élevé pour ce scrutin ; en France, il atteignait pour les dernières élections de 2014 un peu plus de 57% des inscrits

Ressemblant à un Superman loufoque aux couleurs de l'Europe, le super-héros présenté sur Twitter par le Parlement européen arbore notamment un drapeau étoilé de l'Union européenne en guise de cape, un tricorne bleu et un slip jaune muni de nombreuses sacoches... «Le 26 mai, dans 3 mois jour pour jour, @captain_europe votera aux élections européennes pour choisir son représentant dans l'hémicycle du Parlement européen. A l'instar de notre star, #cettefoisjevote pour l'Europe de mon choix !», tweete le Parlement européen.

Le super-héros fictif a droit à son propre compte Twitter, en langue anglaise, via lequel il prône la «résistance» face au «fascisme» qui serait «de retour». Il regrette qu'à notre époque, «la nouvelle norme est d'être xénophobe» et les gens pensent que «construire des murs est une bonne idée». La mission du capitaine ne se limite donc pas à encourager la participation aux élections mais revêt une dimension plus idéologique.

Se présentant comme un «véritable fédéraliste», «Captain Europe» défend également l'UE et l'action de ses institutions, par exemple le droit à l'oubli sur internet.

Une campagne qui exaspère les souverainistes

Si «Captain Europe» semble certain de lutter pour la bonne cause, il soulève de nombreuses moqueries et critiques sur les réseaux sociaux, en particulier parmi les contempteurs de l'Union européenne et du fédéralisme européen.

Le président des Patriotes Florian Philippot, partisan du Frexit, reconnaît ainsi dans ce super-héros bleu et jaune «la politique selon l’UE», à savoir s'adresser à un «citoyen enfant qui, surtout, ne doit pas réfléchir mais se laisser guider dans le monde enchanté de "l’Europe"».

Sur Twitter, La Critique de la raison européenne, association d’étudiants de SciencesPo Paris militant pour l’indépendance de la France, s'interroge : «Comment les conseillers com’ de l’UE ont pu se dire "Tiens on va mettre un type en combi moulante et slip façon SM aux couleurs de l’UE qu’on appellera "Captain Europe", et ça va donner envie aux gens d’aimer l’Union europenne"?»

L'écrivain et physicien Johann Margulies considère qu'avec «Captain Europe», «la décadence a un visage». Le super-héros est vu comme «le boss final du mépris».

Dans une tribune pour le Figarovox du 28 février, l'écrivain et éditorialiste David Desgouilles, pour sa part, voit dans «Captain Europe» «la mascotte du Parlement européen qui infantilise les électeurs».

Face aux critiques, «Captain Europe» a tenu à préciser que son action était une  «initiative personnelle» remontant à 2006, qui ne coûtait pas «un centime» au contribuable.« Les institutions n'[ont] en effet rien à voir dans la naissance [de Captain Europe]», assure-t-il. 

Ce n'est pas tout à fait la première apparition de «Captain Europe» : le Huffington Post rappelle que le super-héros a été créé au milieu des années 2000 (avec un style différent) dans la foulée de l'échec du Traité constitutionnel européen, et a été un temps incarné par un fonctionnaire européen.

Lire aussi : Européennes 2019 : des «Eurolapins» font campagne face aux loups Vladimir, Ping et Donald (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»