Une allemande préfère vivre dans le train plutôt que de payer un loyer

Une allemande vit dans le train © Capture d'écran, compte Twitter @BILD
Une allemande vit dans le train

Quand tout le monde sort du train pour rentrer chez soi, Leonie Müller reste en arrière puisqu’elle est déjà chez elle. Pour cette étudiante allemande qui en a marre de payer un loyer, les wagons du train sont devenus son logement.

«Tout a commencé par un conflit avec le propriétaire de mon appartement», a confié l’étudiante Allemande au Washington Post par courriel. «J’ai tout de suite décidé que je ne voulais plus vivre dans cet appartement et réalisé qu’en fait, je ne voulais plus vivre nulle part», confie Leonie Müller.

Ainsi, au lieu de louer un appartement, la jeune fille a acheté un abonnement permettant de prendre tous les trains circulant dans le pays sans frais supplémentaires. Profitant des commodités des trains allemands, Leonie Müller se lave les cheveux dans les toilettes des wagons et rédige ses travaux universitaires en traversant le pays, parfois à plus de 300 km/h.

A 23 ans, elle avoue jouir d’une liberté qu’elle n’aurait pas imaginée du temps où elle vivait en appartement. «Je me sens comme chez moi et je peux toujours aller voir plein d’amis et découvrir de nombreuses villes. C’est comme si j’étais tout le temps en vacances», a-t-elle expliqué.

Pas le temps non plus de s’ennuyer à bord des trains de la Deutsche Bahn, la compagnie nationale de chemins de fer allemands. «Je lis, j’écris, je regarde par la fenêtre et rencontre tout le temps des gens intéressants», a-t-elle expliqué sur la chaîne allemande SWR. Maintenant, toute la vie de Leonie Müller tient dans un petit sac-à-dos où elle met ses vêtements, sa tablette numérique, un petit sac de toilette et ses affaires pour étudier.

Son but ? «Inspirer les gens pour remettre en question leurs habitudes et les choses qu’ils considèrent comme normales», précise la jeune fille. Son nouveau mode de vie lui permet en tous les cas d’économiser une soixantaine d’euros par mois étant donné que son abonnement lui coûte 337 euros par mois contre 400 euros pour son dernier appartement.

Cependant, Leonie Müller ne passe pas toutes ses nuits dans les trains, elle essaye la plupart du temps de dormir chez ses parents ou ses amis. Souvent, c’est son petit copain, sa mère ou sa grand-mère qui l’accueillent. Quant à ses amis, il y a ceux qui soutiennent son idée bien qu’ils la considèrent plutôt dangereuse et d’autres, qui ne la comprennent pas. «Ils se sentent offensés par le fait que je remets en question leur mode de vie ordinaire», justifie Leonie Müller.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales