Ashley Madison : le site d’adultère fait face à une poursuite de 578 millions de dollars

© Mark Blinch Source: Reuters
© Mark Blinch

On attendait une vague de plaintes émanant des 38 millions de conjoints infidèles dont les données ont été piratées. Deux cabinets d’avocats au Canada ont lancé une action collective et réclament 578 millions de dollars site internet.

Avid Life Media, propriétaire du site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison qui affirmait que la sécurité de ses utilisateurs était sa priorité, se voit réclamer près de 578 millions de dollars pour ne pas avoir été capable de protéger les données personnelles de «plusieurs milliers de Canadiens».

Charney Lawyers et Sutts, deux cabinets juridiques basés au Canada, estiment qu’Ashley Madison a totalement échoué à protéger la vie privée de ses clients alors que ce site internet prétendait leur offrir une discrétion absolue. Pire, les données de certains utilisateurs qui avaient dû payer une somme supplémentaire d’environ 20 dollars obtenir la destruction de toute information les concernant, se sont retrouvés sur les listes diffusées par les hackers qui avaient piraté les bases de données du site.

Le premier des plaignants nommé dans l’action en justice s’appelle Eliot Shore. D’après ses avocats, cet homme handicapé s’était inscrit sur le site pour «trouver de la compagnie» après que sa femme soit décédée d’un cancer.

Ashley Madison nie, pour sa part, toute sa responsabilité en invoquant justement le fait que les données personnelles exposées par les hackers ne prouvent pas l’infidélité de ses clients.

Les Américains, en tête d’un classement des nations adultères, ont déjà porté beaucoup de plaintes : un recours collectif réclame le versement de plus de 5 millions de dollars aux plaignants.

Pour l’heure, aucun époux ou épouse n’a porté plainte contre ceux qui voulaient vraiment leur nuire, à savoir les hackers qui ont piraté les données d’Ashley Madison. Ces derniers ont toujours réclamé la fermeture du site pour punir les époux infidèles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales