Privé de sa nationalité britannique, le terroriste supposé revient à Londres pour demander justice

© Jason Reed Source: Reuters

Soupçonné d'entretenir des liens avec Al-Qaïda, l'homme s'est vu retirer son passeport britannique en mai dernier alors qu'il voyageait en Afghanistan. Ce dernier est néanmoins parvenu à regagner Londres, au grand dam du Home Office

Voilà un dossier dont la ministre de l'Intérieur britannique, Theresa May, se serait certainement bien passé. Le retour de M2 -c'est le nom que la justice donne à cet homme- sur le sol britannique met en effet le Home Office dans l'embarras. Car le présumé terroriste venant en effet d'entamer une bataille judiciaire avec les autorités anglaises pour recouvrer ses droits...un bras de fer qui risque fort de s'éterniser.

C'est en mai dernier que M2, en voyage en Afghanistan, apprend par un coup de fil du ministère de l'Intérieur britannique, que son passeport anglais, acquis 3 ans plus tôt, vient d'être annulé par Theresa May, la secrétaire du Home Office le soupçonnant de fricoter avec Al-Qaïda. Pour preuve ? Ses séjours réguliers en Afghanistan (2013 et 2014) ayant pour but notamment d'approvisionner le groupe terroriste en matériel informatique (iphone et ordinateur portable) et ses relations suspectes avec un lointain cousin, peu orthodoxe.

Des faits que récuse immédiatement M2 lors de son entretien téléphonique avec le fonctionnaire du contre-terrorisme qui lui apprend la nouvelle. Le jeune homme évoque ainsi des visites à caractère familial et explique que le téléphone et l'ordinateur auraient d'ailleurs été remis respectivement à son frère et à un médecin et non à des sbires d'Al-Qaïda. M2 fait également part au Home office de ses intentions de contester la décision en justice.

Le jeune homme, qui serait arrivé enfant en Angleterre, dispose d'un passeport afghan, muni d'un permis de séjour permanent. Le sésame qui lui permet de franchir les douanes et de regagner Londres sans être inquiété. Averti de son retour, le Home Office le fait pourtant arrêter car selon le ministère M2 est entré illégalement au Royaume-Uni car son passeport annulé a entraîné la caducité automatique de son permis de séjour.

Tenace, le jeune homme est aujourd'hui accompagné dans ses démarches par un avocat. Retenu sous le régime de liberté surveillée, M2 assiste donc libre aux différentes audiences le concernant. Un cas bien encombrant pour le Home Office, qui n'avait sans doute pas prévu un tel cas de figure. Depuis 2010, 28 bi-nationaux ont été déchus de leur nationalité britannique pour des raisons de sûreté d'état.

En savoir plus: Des recrues désenchantées de Daesh tentent de rentrer à la maison

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales