Trump propose un statut temporaire à un million d'immigrés illégaux en échange du financement du mur

Trump propose un statut temporaire à un million d'immigrés illégaux en échange du financement du mur© Yuri Gripas Source: Reuters
Le président américain, Donald Trump, le 19 janvier 2019 à Washington.

Des titres de séjour prolongés temporairement pour un million d'immigrés illégaux en échange du déblocage des fonds pour financer la construction du mur de séparation avec le Mexique : telle est la proposition de Donald Trump à ses opposants.

Pour obtenir le financement du mur qu'il souhaite construire à la frontière avec le Mexique, le président américain, Donald Trump, a proposé en contrepartie de prolonger les statuts temporaires d'environ un million d'immigrés risquant d'être expulsés des Etats-Unis.

Dans un discours télévisé solennel le 19 janvier, Donald Trump a fait cette offre pour «sortir de l'impasse» du blocage budgétaire des services fédéraux qui dure depuis près d'un mois. 

Le président s'est notamment engagé à prolonger de trois ans un permis de séjour temporaire créé par Barack Obama et supprimé après son arrivée à la Maison Blanche, connu sous le nom de programme «Daca».

[Une] compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé, chacune inacceptable

Cette mesure, dans un contexte de division politique extrême, profiterait à quelque 700 000 clandestins auto-baptisés dreamers (rêveurs), entrés illégalement sur le sol américain avec leurs parents alors qu'ils étaient mineurs. Le locataire de la Maison Blanche a également proposé de prolonger de trois ans un statut de protection temporaire permettant à environ 300 000 immigrants de travailler légalement sans titre de séjour.

Donald Trump a décrit son initiative comme un «compromis fondé sur le bon sens», mais la première réaction des démocrates semblait signifier que le shutdown, une paralysie des administrations fédérales faute d'adoption du budget par le Congrès, avait toutes les chances de se poursuivre.

Le shutdown se poursuit

En effet, Nancy Pelosi, chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, avait déjà rejeté cette proposition dont la teneur avait au préalable été dévoilée par la presse. Selon la démocrate, ce qui est présenté comme une concession présidentielle est en réalité une «compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé, chacune inacceptable». Au Sénat, le leader de la minorité démocrate, Chuck Schumer, a rappelé que Donald Trump avait par le passé supprimé des protections pour les migrants qu'il propose à présent de restituer. «Offrir des protections en échange du mur n'est pas un compromis mais une nouvelle prise d'otages», a-t-il tweeté.

Les démocrates refusent d'accorder à Donald Trump les 5,7 milliards de dollars dont il a besoin pour réaliser le mur de séparation avec le Mexique, sa promesse emblématique de campagne. Depuis le 22 décembre, un shutdown partiel est en place aux Etats-Unis : quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux sont affectés, placés en congé sans solde ou contraints de travailler sans toucher leur paie. S'ils devraient tout de même recevoir leur salaire à la fin du shutdown, certains rencontrent en attendant de graves difficultés pour payer leurs factures, leurs remboursements de prêts ou tout simplement faire leurs courses.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a fait savoir qu'il soumettrait la proposition présidentielle à la haute assemblée dès la semaine prochaine. Le texte sera ensuite discuté à la chambre basse, contrôlée par les démocrates.

Lire aussi : Le procureur Mueller qualifie d'«inexactes» des allégations explosives contre Trump sur la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»