Syrie: pour une agence turque la France incapable de protéger les Kurdes en cas de retrait américain

Syrie: pour une agence turque la France incapable de protéger les Kurdes en cas de retrait américain© POOL New Source: Reuters
Un Rafale français décolle du porte-avion Charles de Gaulle en 2016 (image d'illustration).

L'agence gouvernementale turque Anadolu estime dans un rapport que le retrait américain de Syrie mettrait la France en grande difficulté. Au passage, cette dernière révèle l'emplacement de neuf sites militaires français supposés.

Selon un rapport de l'agence gouvernementale turque Anadolu, au moins quatre des bases françaises situées dans le nord de la Syrie, sur lesquelles se trouvent des soldats américains, se trouveraient mises en difficulté par le retrait des forces américaines annoncé par Donald Trump le 19 décembre

Les cinq autres seraient également plus vulnérables, puisque la France ne peut «assurer leur mobilité continue qu'en s'appuyant sur» les troupes américaines ou les «Unités de protection du peuple» (YPG), kurdes. «Dans les circonstances actuelles, la France ne semble pas être en mesure de fournir un soutien similaire à l'YPG / PKK en comblant l'écart qui résultera du retrait des États-Unis de la Syrie», explique le texte.

Des neuf bases françaises supposées citées par ce texte, seules cinq étaient connues jusqu'alors des journalistes, ce qui pourrait être le signe d'un renforcement des effectifs sur place depuis mars. 

La France reste discrète sur ses agissements en Syrie depuis le lancement de l'opération Chammal, le volet Français de l'opération interalliés Inherent Resolve, en septembre 2015. Il n'y aurait officiellement qu'environ 1 100 soldats français au Moyen-Orient.

Le 19 décembre, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé sa décision de retirer les troupes américaines [environ 2 000 militaires] de Syrie, au motif que la «défaite» de l'État islamique était actée. Le retrait devrait prendre deux à trois mois. Jusqu'à présent, les troupes américaines n'ont abandonné qu'une base dans le nord-est de la Syrie, selon les médias turcs.

La France, principal partenaire des États-Unis au Moyen-Orient, avait vivement protesté contre cette décision. «Un allié se doit d'être fiable», avait déclaré Emmanuel Macron, alors en visite au Tchad le 23 décembre. Quant à la ministre des armées Florence Parly, elle avait estimé qu'il fallait «vaincre militairement de manière définitive les dernières poches de cette organisation terroriste». 

La France, comme les autres membres de la coalition dirigée par les États-Unis contre l'Etat islamique en Syrie, s'appuie sur les milices kurdes comme l'YPG. Or Ankara considère ces combattants comme une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), assimilés à des terroristes. Le retrait américain renforce ainsi la probabilité d'une intervention militaire turque contre l'YPG en Syrie. 

Lire aussi : L'armée syrienne entre dans Minbej après un appel des Kurdes qui redoutent une offensive turque

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»