Quand Juncker tacle la Roumanie, sur le point de présider le Conseil de l'UE

Quand Juncker tacle la Roumanie, sur le point de présider le Conseil de l'UE© Francois Lenoir Source: Reuters
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker

Pour la première fois depuis son adhésion à l'Union européenne en 2007, la Roumanie va prendre, le 1er janvier 2019, la présidence tournante du Conseil de l'UE. Une perspective qui n'enchante pas le président de la Commission européenne...

La Roumanie s'apprête à prendre, le 1er janvier 2019, la présidence tournante du conseil de l'UE, succédant ainsi à l'Autriche. Mais quelques jours avant de prendre les rênes de l'organe institutionnel qui décide, entre autres, des actes législatifs et budgétaires à l'échelle européenne, Bucarest a fait l'objet d'une pique de l'actuel président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Celui-ci, dans un entretien paru ce 29 décembre dans le quotidien allemand Die Welt, a en effet affirmé que «le gouvernement de Bucarest n'a[vait] pas encore pleinement compris ce que signifi[ait] présider les pays de l'UE». Et l'ancien Premier ministre luxembourgeois d'émettre «quelques doutes» sur la volonté de la Roumanie de «mettre ses propres préoccupations au second plan» ou encore sur son aptitude à apparaître comme une «unité compacte» en Europe, au vu du contexte politique national roumain.

Depuis son adhésion à l'Union en 2007, la Roumanie est sous la loupe de la Commission européenne dans le cadre d'un «Mécanisme de coopération et de vérification» inédit destiné à évaluer les progrès de cet ancien pays communiste en matière judiciaire.

Lire aussi : Article 7 : le Parlement européen adopte une motion punitive contre la Hongrie

Le 13 novembre 2018, la Commission européenne déplorait un «retour en arrière» de ce pays en matière judiciaire, l'appelant à lutter plus efficacement contre la corruption et à garantir l'indépendance de la justice. De fait, le gouvernement roumain souhaite engager une vaste refonte du système judiciaire pour corriger les abus, selon lui, des magistrats.

Depuis janvier 2018, l'exécutif roumain connaît une cohabitation entre un président de la République issu du Parti national libéral, Klaus Iohannis, pro-européen convaincu, et le gouvernement de Viorica Dăncilă, Premier ministre membre du Parti social-démocrate, qui se montre plus critique vis-à-vis de l'UE.

Lire aussi : Roumanie : un dirigeant fustige l'UE devant le Parlement et effectue un double doigt d'honneur

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»