Daesh a décapité et crucifié 12 libyens alors que les combats pour Syrte s’intensifient

Daesh Source: Reuters
Daesh

Les djihadistes de Daesh ont mis en croix les corps de 12 combattants libyens décapités et ont incendié un hôpital. Depuis mardi dernier, les combats font rage dans un district de l’est de la ville qui échappe encore aux terroristes.

Après avoir attaqué la ville de Syrte, les terroristes de l’Etat islamique (EI) ont tué un haut responsable du clergé local. Ils ont aussi accroché des corps de prisonniers décapités sur un pont et en ont crucifié d'autres à plusieurs endroits de la ville. La plupart de ces prisonniers étaient tombés entre les mains des djihadistes à la fin du mois de mai dernier, selon l’agence de presse.

Le groupe terroriste a également exécuté 22 autres combattants blessés qui étaient dans un hôpital de la ville qu’il a incendié lors de son offensive, rapporte l’agence de presse nationale LANA.

Alors que les affrontements entre Daesh et les combattants locaux font de plus en plus de victimes, le gouvernement libyen a déclaré qu’il ne pouvait pas continuer à combattre Daesh et a demandé à la communauté internationale de l’aider.

 «Le gouvernement libyen, incapable de faire face à l'EI en raison de l'embargo sur les armes, exhorte les pays arabes frères à lancer des frappes aériennes ciblées contre les positions de l'EI à Syrte en coordination avec les autorités concernées», lit-on dans un communiqué officiel du gouvernement.

En même temps, Hatem Al-Arabi, porte-parole du gouvernement libyen, a indiqué que la prise de la ville par les extrémistes pourrait avoir un impact négatif sur la sécurité dans toute la région Méditerranéenne et provoquer l’accroissement du flux d’immigrés clandestins qui cherchent à rejoindre l’Europe depuis l’Afrique du Nord.

Le Conseil de la Ligue arabe sera ainsi convoqué en session extraordinaire le 18 août pour examiner la situation en Libye.

En effet, les batailles pour Syrte ont déjà provoqué près de 200 morts, selon Chibani Abouhamoud l'ambassadeur de Libye en France.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales