Etats-Unis : deux meneuses de la Women's March contre Trump accusées d'antisémitisme

- Avec AFP

Etats-Unis : deux meneuses de la Women's March contre Trump accusées d'antisémitisme© Adrees Latif Source: Reuters
Women's March anti-Trump à Washington le 21 janvier 2017.

A l'approche du deuxième anniversaire de la «Marche des femmes» anti-Trump, une polémique teintée d'antisémitisme éclabousse deux co-présidentes du mouvement aux Etats-Unis.

Le quotidien américain New York Times a consacré sa une du 24 décembre à un sujet polémique, longtemps resté confidentiel : l'antisémitisme présumé de certaines militantes historiques de la Women's March (Marche des femmes), à l'origine de manifestations monstres aux Etats-Unis contre Donald Trump en 2017, qui ont inspiré des mobilisations anti-Trump un peu partout en Occident. 

Objet de la controverse : les révélations du site d'informations juives Tablet le 10 décembre dernier. Des tensions seraient survenues dès novembre 2016 entre les meneuses du mouvement, lors de la première réunion new-yorkaise pour l'organisation de la Marche des femmes, juste après l'élection de Donald Trump.

Selon Tablet, deux des sept femmes présentes à cette réunion, Tamika Mallory et Carmen Perez, militantes respectivement noire et hispanique, auraient alors affirmé à une autre organisatrice, Vanessa Wruble, blanche et d'origine juive, que les juifs avaient une responsabilité particulière dans l'exploitation et l'esclavage des Noirs aux Etats-Unis. Une thèse soutenue par Louis Farrakhan, leader du mouvement Nation of Islam, qui tient régulièrement des propos antisémites.

La forte médiatisation de la Marche des femmes a un temps recouvert ces tensions. Mais au fil des mois, un certain nombre de femmes ont quitté la Women's March – dont Tamika Mallory et Carmen Perez sont devenues co-présidentes – et créé une organisation parallèle, March On. 

Lors des manifestations organisées un an plus tard, le 20 janvier 2018, qui avaient encore rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes à New York et Los Angeles, les deux organisations se côtoyaient dans les défilés, sans que les dissensions entre ces deux entités aient été rendues publiques.

Deux entités séparées 

Mais les tensions ont été ravivées ces derniers mois, après que Tamika Mallory a participé à un évènement de Louis Farrakhan et attaqué sur les réseaux sociaux l'Anti-Defamation League, une des grandes organisations américaines de lutte contre l'antisémitisme.   

Le mois dernier, Vanessa Wruble, devenue depuis directrice exécutive de March On, publiait un communiqué sur le site de son organisation, évoquant les «interrogations sur l'antisémitisme du mouvement Women's March». Elle y présentait March On comme une association plus «décentralisée», et surtout, rejetant toute forme de discrimination, ainsi que «tout soutien à l'antisémitisme». Une allusion claire aux tensions intervenues avec la Women's March.

Une pétition publiée en novembre appelant à la démission des quatre co-présidentes de l'organisation, Tamika Mallory, Carmen Perez, la militante américano-palestinienne Linda Sarsour et Bob Bland, a recueilli à ce jour plus de 8 300 signatures.

A l'approche du deuxième anniversaire de la Marche des femmes, les deux mouvements prévoient à nouveau, séparément, des défilés dans de nombreuses villes américaines le 19 janvier.

Sollicitées le 23 décembre par le New York Times, Tamika Mallory et Carmen Perez ont rejeté toute accusation d'antisémitisme, et affirmé que le départ de Vanessa Wruble n'était pas lié à ses origines juives.

Lire aussi : Après Madonna, un Afro-Américain expose sa vérité choquante lors de la Marche des femmes (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»