Belgique : la région de Bruxelles promet d'empêcher une marche contre le pacte sur les migrations

Belgique : la région de Bruxelles promet d'empêcher une marche contre le pacte sur les migrations© KENZO TRIBOUILLARD Source: AFP
Image d'illustration.

Le ministre de la région Bruxelles-Capitale a promis de faire respecter l'interdiction d'une marche contre le pacte de l'ONU sur les migrations organisée par des nationalistes. En Belgique, le traité a déjà fait sauter la majorité gouvernementale.

En Belgique, le pacte de l'ONU sur les migrations sème la zizanie. Le ministre-président de la région Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort, hausse le ton : les forces de l'ordre ont pour instruction d'empêcher une manifestation contre le pacte de Marrakech, adopté le 10 décembre dernier. «Un arrêté a été pris. Ça veut dire que tout sera mis en œuvre de manière opérationnelle pour assurer le respect de l’arrêté», a-t-il prévenu, cité par la RTBF.

Nous manifesterons tout de même

Les organisateurs de la marche, prévue pour le 16 décembre, se sont heurtés à l'interdiction du maire de Bruxelles, Philippe Close, qui a mis en avant un risque d'extension de la manifestation à l'ensemble de la région de Bruxelles.

«Nous manifesterons tout de même dimanche contre le pacte sur les migrations de Marrakech», a insisté Filip Brusselmans, responsable presse de l'Union des étudiants catholiques flamands (KVHV) et initiateur de l'événement.

Le pacte mondial sur les migrations de l'ONU comprend un train de mesures visant à protéger les migrants (notamment dans l'objectif 9 qui prévoit de renforcer la lutte transnationale contre le trafic de migrants, ou encore l'objectif 10 qui vise à éliminer la traite de personnes). Le texte propose également des pistes pour «faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues». L'objectif 17 encourage ainsi les Etats à «condamner et contrer» les actes de racisme, de discrimination ou encore d'intolérance envers les migrants, notamment en exerçant un contrôle de l'information.

En Belgique, l'adoption de ce traité a provoqué l'éclatement de la coalition au pouvoir avec la démission des ministres nationalistes flamands de la Nouvelle alliance flamande (N-VA).

Lire aussi : Retraits en série, manifestations : le pacte sur les migrations part-il sur de mauvaises bases ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»