Attaque chimique présumée à Alep : l'indignation à géométrie variable des Occidentaux (VIDEO)

Attaque chimique présumée à Alep : l'indignation à géométrie variable des Occidentaux (VIDEO)© George OURFALIAN Source: AP
Un jeune Syrien reçoit les premiers soins dans un hôpital d'Alep, après une attaque chimique attribuée par Damas aux rebelles, le 14 novembre 2018.

Le 24 novembre, la ville d’Alep a été le théâtre d’une attaque chimique présumée, attribuée par Damas aux rebelles. Les autorités et la presse occidentales, si promptes à dénoncer le gouvernement syrien, demeurent cette fois plus réservées.

Enfants effrayés, hôpitaux dépassés par une foule de blessés : les images diffusées après l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun en 2017 avaient immédiatement déclenché l’indignation de Berlin, Londres ou Washington, ainsi que de la plupart des médias occidentaux. Avant même qu'aucune preuve tangible ne soit disponible, et qu'aucune enquête ait pu avoir lieu, l'indignation et les accusations contre les autorités syriennes avaient fusé.

Pourtant, la dernière attaque perpétrée à Alep le 24 novembre et attribuée par Damas aux rebelles n’a pas engendré le même flot d’accusations. Et pour cause : la ville est contrôlée par le gouvernement syrien. Aussi, la probabilité d'une attaque menée par l'armée syrienne apparaît a priori relativement faible.

Alors que les médias se montrent plus mesurés dans leur couverture de cette dernière attaque, les responsables occidentaux, prompts à condamner Bachar el-Assad d'une seule voix, éprouvent bien des difficultés à condamner les groupes rebelles.

En témoigne la déclaration prudente d'Emmanuel Macron au lendemain de l’attaque chimique présumée : «Je veux répéter que la France condamne l’utilisation des armes chimiques quels qu'en soient les utilisateurs.»

Les pays occidentaux ressentiraient-ils une gêne à condamner frontalement leurs anciens alliés ?

Lire aussi : Attaque chimique attribuée aux rebelles à Alep : Damas dénonce la responsabilité d'Etats étrangers

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»