La déformation d'un capteur à l'origine de l'échec du lancement de la fusée Soyouz

La déformation d'un capteur à l'origine de l'échec du lancement de la fusée Soyouz© Kirill KUDRYAVTSEV Source: AFP
Le lanceur Soyouz MS-10 peu après son décollage, le 11 octobre 2018.

La commission d'enquête a déterminé que la déformation d'un capteur avait provoqué la panne de la fusée Soyouz qui devait amener deux spationautes à la Station spatiale internationale, le 11 octobre dernier.

Le panne du lanceur Soyouz MS-10, qui a contraint le module à atterrir en urgence le 11 octobre, est due à la «déformation de la tige du capteur» lors de l'assemblage de la fusée au cosmodrome de Baïkonour, selon les conclusions rendues publiques par la commission d'enquête le 1er novembre.

La veille, le directeur exécutif de Roskosmos Sergueï Krikaliov avait expliqué qu'un dysfonctionnement du capteur chargé de contrôler la séparation des premier et deuxième étages de la fusée avait provoqué l'accident. «L'une des parois latérales ne s'est pas éloignée suffisamment et a heurté un bac de carburant du deuxième étage, ce qui a provoqué une explosion», avait-il déclaré, cité par les agences de presse russes.

Oleg Skorobatov, un des responsables de la commission, a demandé à ce que soit mis en place un «contrôle répété» des capteurs, assurant par ailleurs que l'hypothèse que ces problèmes puissent venir de l'usine où ils ont été fabriqués avait été écartée.

Les fusées Soyouz devant décoller de Baïkonour et de Kourou seront révisées

«Des propositions et des recommandations ont été élaborées pour réviser ces lanceurs», a-t-il poursuivi, expliquant qu'elles comprenaient le démontage et réassemblage de certains blocs, ainsi que des vérifications des capteurs.

Oleg Skorobatov a enfin précisé que les prochaines fusées Soyouz devant décoller de Baïkonour et du cosmodrome français de Kourou en Guyane, où Arianespace en utilise, allaient être révisées.

Le lanceur Soyouz MS-10 approvisionnant la station spatiale internationale (ISS) a été victime d'une panne peu après son décollage le 11 octobre. Après un atterrissage d'urgence de leur module à une vingtaine de kilomètres de Jezkazgan, au Kazakhstan, l'équipage, un astronaute américain et un cosmonaute russe, est sorti indemne de l'incident, le système de sécurité ayant parfaitement fonctionné.

En dépit de cet accident, les fusées Soyouz conservent un taux particulièrement élevé de lancements réussis, ce qui fait dire à Dmitri Baranov, un responsable de l'entreprise RKK Energia qui conçoit et produit les vaisseaux spatiaux Soyouz, que les fusées Soyouz demeurent «les plus fiables» existantes.

Lire aussi : «Ça reste un événement exceptionnel» : un spationaute analyse l'incident du Soyouz (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»