No comment de Washington sur le fait que les USA n’ont rien fait pour empêcher l’ascension de Daesh

Capture d'écran de la vidéo de RT
Capture d'écran de la vidéo de RT

Lors d’un point presse, un représentant du département d’Etat, John Kirby, a refusé de commenter pour RT les révélations de l’ancien chef du renseignement américain indiquant que Washington savait qu’il aidait l’opposition syrienne non-modérée.

«Je ne vais pas parler des rapports du renseignement, spécialement de ceux que je n’ai pas vus. Laissez-moi rappeler nos positions : nous soutenons l’opposition modérée syrienne», a déclaré John Kirby, porte-parole de la diplomatie américaine, en répondant à la question de Gayané Tchitchakyan, correspondante de RT à Washington, qui voulait avoir sa position sur les propos de l’ancien chef de l’Agence du renseignement de la Défense (DIA) Michael Flynn. Ce dernier s’est exprimé sur «la décision intentionnelle» de l’administration d’Obama de soutenir les rebelles syriens, bien que les Etats-Unis savaient au courant qu’il s’agissait de «salafistes, des Frères musulmans et d’Al-Qaïda en Irak».

Ce rapport officiel du renseignement américain déclassifié et disponible pour l’instant pour le public a fait les choux gras des médias américains mais est passé sous les capteurs du porte-parole. «Qu’il soit public ou non, je ne vais pas prendre l’habitude de parler des rapports que je n’ai pas vus», a martelé le porte-parole de la diplomatie américaine quand la correspondante de RT a rappelé que les informations sur le soutien des radicaux par Washington étaient indiquées dans le rapport.

Mais le représentant du département d’Etat n’a pas manqué d’accuser Bachar Al-Assad d’être à l’origine de la montée en puissance de Daesh. «Nous avons dit et continuons de penser que l’essor de l’Etat islamique en Syrie a été aidé par le régime d’Al-Assad qui, compte tenu de son manque de légitimité ne gouverne pas effectivement son propre peuple et son propre territoire… La brutalité d’Al-Assad a aidé à favoriser l’Etat islamique, l’a fait grandir», a déclaré John Kirby.

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis accusent les autorités syriennes d’être responsables de l’ascension de Daesh. Ainsi, il y a cinq jours un autre représentant du département d’Etat, Mark Toner, avait déclaré : «Le régime d’Al-Assad, pour dire la vérité, est à la racine de tous les maux. Il a grandement contribué à la création d’une "zone de non droit" dans le nord du pays où Daesh a réussi à s’équiper et s’enraciner».

En savoir plus : Washington élève d’un cran sa rhétorique anti-Assad après s’être donné le droit d’attaquer la Syrie

L’ancien responsable au département d’Etat et à la CIA, Larry Johnson est persuadé que le refus de Washington de prêter attention aux avertissements du Pentagone a mené à l’ascension des extrémistes islamistes au Moyen-Orient.

«L’information a été portée à la connaissance du gouvernement des Etats-Unis et de la DIA qui l’a ensuite transmise aux responsables politiques. Mais ces derniers ont choisi de l’ignorer. On voit que les Etats-Unis ont aidé l’Etat islamique, EI, Daesh, appelez-ça comme vous voulez, à arriver au pouvoir», a-t-il souligné.

Les conséquences de cette négligence sont,  selon Larry Johnson, extrêmement graves.  «D’après les rapports du département d’Etat lui-même, la menace terroriste internationale a doublé au cours des deux dernières années et le nombre de ses victimes a triplé.», a-t-il poursuivi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales