Le secrétaire américain au Trésor rencontre MBS en marge d'un forum économique déserté

Le secrétaire américain au Trésor rencontre MBS en marge d'un forum économique déserté© Compte Twitter du ministère saoudien des Affaires étrangères
Le secrétaire d'Etat américain au Trésor, Steven Mnuchin, en compagnie du prince héritier saoudien et homme fort du royaume, Mohammed ben Salmane, à Riyad, le 22 octobre 2018.

Quelques heures avant l'ouverture d'un forum international d'investissement déserté par des dirigeants et entreprises étrangères, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu à Riyad le secrétaire d'Etat américain au Trésor Steven Mnuchin.

Le secrétaire d'Etat américain au Trésor, Steven Mnuchin, a été reçu ce 22 octobre à Riyad par le prince héritier et dirigeant de facto du royaume saoudien, Mohammed ben Salmane (MBS), à quelques heures de l'ouverture à Riyad d'un forum international sur l'investissement, marqué par des désistements en cascade de dirigeants étrangers et chefs d'entreprises, en raison de l'affaire Khashoggi.

Dans un message posté sur Twitter, la diplomatie saoudienne a partagé une photographie de MBS en compagnie de Steven Mnuchin, accompagné du commentaire : «Le prince héritier rencontre le secrétaire d'Etat américain au Trésor et souligne l'importance du partenariat stratégique américano-saoudien, qui joue un rôle important pour l'avenir, conformément à Vision 2030 [un plan de développement mis en place par le gouvernement saoudien en 2016].»

Le président américain Donald Trump est pressé de toutes parts de mettre en place des sanctions à l'encontre de l'Arabie saoudite, soupçonnée d'avoir commandité la mort du journaliste dissident Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul. Il a ainsi été invité par de nombreux responsables politiques américains à mettre, au minimum, en pause le contrat d'investissement qui lie son pays à l'Arabie saoudite et qui s'élève à plus de 350 milliards d'euros sur dix ans, dont 100 milliards d'euros pour la seule fourniture d'armes américaines. Mais s'il a qualifié d'«inacceptable» la mort du journaliste saoudien, le président américain a souligné que Riyad, dont il a jugé la version des faits «crédible», était un «excellent allié» et qu'il était encore trop tôt pour évoquer des sanctions.

La chaise vide de Bruno Le Maire

De nombreux dirigeants étrangers ont annulé leur présence au forum d'investissement, dont le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire. Les dirigeants des groupes bancaires BNP Paribas, Société Générale, HSBC, JPMorgan Chase et Credit Suisse ont aussi décliné leur invitation. Les groupes industriels Siemens, EDF et Ford, tout comme les sociétés Uber et Google ont également fait défection. En revanche, le patron du groupe français Total, Patrick Pouyanné, a confirmé sa présence par «fidélité» à ses engagements pris envers son partenaire saoudien Aramco, estimant que la «politique de la chaise vide» ne faisait pas avancer les droits de l'homme. Selon Les Echos, la France est le troisième investisseur étranger en Arabie saoudite avec un montant total de 15 milliards d'euros.

Lire aussi : Mort de Khashoggi : les premières explications de Riyad peinent à satisfaire les Européens

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter