En Angleterre, six Lituaniens attaquent une entreprise pour «esclavage moderne»

Réduits en esclavage, les migrants vivaient dans des conditions déplorables.© Capture d'écran vidéo Guardian
Réduits en esclavage, les migrants vivaient dans des conditions déplorables.

Une entreprise qui employait des migrants originaires de Lituanie dans des conditions déplorables est poursuivie pour esclavage moderne. Près de 2000 migrants travaillaient dans ces conditions en 2014 en Angleterre, selon les autorités.

Un groupe de migrants originaire de Lituanie a intenté, en Angleterre, une action en justice contre l'entreprise de la région du Kent, DJ Houston. Cette marque qui produit des œufs a en effet employé un groupe de migrants lituanien dans des conditions proches de l'esclavage moderne, décrit le Guardian, qui a obtenu le témoignage de ces six personnes.

Mais s'ils ne sont que six à porter cette action en justice, ils font partie d'un groupe de plus de trente Lituaniens qui travaillaient pour cette entreprise. Victimes de violences, ces hommes devaient en effet travailler pour payer la dette de leur voyage vers l'Angleterre. Ils vivaient dans des conditions inhumaines, sans avoir la possibilité de se rendre aux toilettes. Ils ont aussi expliqué avoir, à plusieurs reprises, vu leurs salaires saisis par leurs passeurs originaires de Lituanie.

Ils affirment aussi avoir été victimes de violences de la part des passeurs lituaniens qui travaillaient avec l'entreprise mise en cause. Ils ont ainsi révélé avoir été menacés par des chiens de combat et menacés d'expulsion.

Un raid de la police a mis fin à ce calvaire, mais trois ans après ce dernier, et alors que l'action en justice traîne, toujours aucune charge n'est retenue contre les instigateurs de ce véritable trafic d'êtres humains. Un mandat d'arrêt a toutefois été émis au Royaume-Uni contre un Lituanien accusé d'être le «fournisseur» d'esclaves de cette entreprise britannique. Selon les services anglais, il y aurait eu plus de 2000 personnes réduites en esclavage en Grande-Bretagne en 2014.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales