Le Danemark n'acceptera plus de migrants en 2018

- Avec AFP

Le Danemark n'acceptera plus de migrants en 2018© JOHN THYS Source: AFP
Inger Stojberg au parlement européen en 2016, illustration.

Le Danemark n'accueillera plus de migrants pour permettre aux nouveaux arrivants déjà présents de s'installer et de s'intégrer convenablement. Selon le ministre de l'immigration, «il y en a encore trop qui ne subviennent pas à leurs besoins»

Le Danemark a annoncé le 4 octobre qu'il n'accueillerait aucun réfugié au titre des quotas en 2018, afin de favoriser l'intégration de ceux qui sont nouvellement installés. En 2016, le pays scandinave avait suspendu sa participation au programme de quotas de réinstallation des réfugiés des Nations unies. Il ne l'a depuis pas reprise.

Le ministre à l'Immigration et l'intégration, Inger Støjberg, a ainsi expliqué cette décision dans un communiqué : «Nous sommes toujours dans la situation où nous bataillons pour intégrer les nombreux réfugiés qui sont arrivés au Danemark ces dernières années». Et de préciser : «Bien que davantage de réfugiés soient entrés sur le marché du travail, il y en a encore trop qui ne subviennent pas à leurs besoins».

Selon les chiffres du ministère, 3 500 demandeurs d'asile ont été enregistrés au Danemark en 2017, le plus bas niveau depuis 2008, mais pour les dix premiers mois de l'année 2018, 2 600 demandes ont déjà été déposées.

Depuis fin 2017, la nouvelle loi sur l'immigration, adoptée avec le soutien des sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (DF), prévoit que le nombre de réfugiés issus du programme des quotas est laissé à la discrétion du ministère l'Immigration et l'intégration.

Lire aussi : Le ramadan «dangereux pour nous tous»: une ministre danoise veut que les musulmans posent des congés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter