Migrants : après l'Allemagne, c'est la Belgique qui veut ouvrir des casernes

Migrants : après l'Allemagne, c'est la Belgique qui veut ouvrir des casernes © Yves Herman Source: Reuters
Belgique, en 2003, un réfugié iranien

Devant l'afflux incessant de migrants, le gouvernement belge envisage d'ouvrir près de 5 000 places d'accueil supplémentaires dans le pays. Des casernes militaires pourraient ainsi être utilisées pour héberger les demandeurs d'asile cet hiver.

«J’ai déjà libéré 2 200 places tampon, mais je vais demander jusqu’à 2 800 places supplémentaires et ce, afin de montrer qu’un riche pays occidental comme le nôtre sait se montrer humain», a expliqué le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration belge, Theo Francken, aux journalistes.

Selon la RTBF, la radio publique belge, des casernes de l'armée pourraient être ouvertes et des places seraient dégagées dans les centres de la Croix-Rouge pour héberger les migrants pendant les mois d'hiver. Face à l'urgence, Theo Francken, a par ailleurs annoncé que le centre de Holsbeek, qui accueillait des demandeurs d'asile acceptant un retour volontaire dans leurs pays et fermé depuis juin, allait être rouvert pour loger 80 mineurs non-accompagnés, âgés d’à peine 12 à 14 ans.

Migrants : après l'Allemagne, c'est la Belgique qui veut ouvrir des casernes © Capture d'écran réalisée sur le site de la RTBF
La Belgique dispose, en temps normal, de 16 000 places d'accueil pour les demandeurs d'asile

Comme tous les pays européens, la Belgique fait face depuis plusieurs mois déjà à une pression migratoire sans précédent. Le plat pays, qui dispose en temps normal de plus de 16 000 places pour ses demandeurs d'asile, anticipe ici les nombreuses arrivées prévues d'ici la fin de l'été, les migrants privilégiant en effet les mois chauds pour prendre la route de l'exil.

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration belge estime que cette opération coûtera au pays «entre 15 et 20 millions [d'euros] par trimestre». L'Allemagne a également annoncé en début de semaine son intention de faire appel à l'armée pour héberger les demandeurs d'asile parvenus sur son territoire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»