La Russie revendique plus d'un million de kilomètres carrés de terre dans l'Arctique auprès de l'ONU

Des scientifiques russes travaillent depuis de longues années à proximité du Pôle Nord. Source: Reuters
Des scientifiques russes travaillent depuis de longues années à proximité du Pôle Nord.

Après des années d'exploration scientifique et une première demande rejetée par l'ONU en 2001, la Russie revendique de nouveau plus d'un million kilomètres carrés au Pôle Nord.

La Russie a officiellement soumis, mardi, aux Nations unies une revendication sur plus d'un million de kilomètres carrés dans l'Arctique. Après des années de recherches scientifiques sur ces terres du Pôle Nord, la Russie estime que ces terres lui reviennent de droit. 

Dans sa demande déposée devant la Commission de l'ONU travaillant sur les limites du plateau continental, la Russie fait valoir qu'au vu des recherches scientifiques, elle devrait avoir la souveraineté sur 1,2 million de kilomètres carrés supplémentaires dans l'Arctique. Selon le gouvernement russe, les recherches des dernières années, avec notamment une expédition en octobre, démontrent que les limites du plateau continental russe dans l'Arctique s'étendent bien au-delà des 200 milles marins. En 2007, une équipe de scientifiques russes avait d'ailleurs planté un drapeau à 4500 mètres de profondeur, afin d'illustrer cette étendue du plateau continental russe.

Des scientifiques russes ont planté un drapeau à 4500 mètres de profondeur sous le Pôle Nord.
Des scientifiques russes ont planté un drapeau à 4500 mètres de profondeur sous le Pôle Nord.

La demande de Moscou comprend une partie de la dorsale de Lomonossov, également revendiquée par le Danemark et le Canada, ainsi que celle de Mendeleïev, considérée par la Russie comme étant partie intégrante du continent eurasiatique. Le ministère russe des Affaires étrangères a de son côté indiqué que la demande russe était une des «priorités» de sa diplomatie et qu'il attendait un examen de la requête à l'automne.

L'enjeu de cette demande est clair: de vastes ressources naturelles sont situées au fond de l'océan Arctique. La Russie, les États-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège se disputent ainsi depuis des dizaines d'années le contrôle des ces riches dépôts. Il faut dire que selon plusieurs estimations, cette zone comprendrait en effet de nombreux champs de pétrole et de gaz, ainsi que plus de 350 gisements d'or.

On comprend donc pourquoi la Russie a officialisé sa demande. Grâce à cette dernière, les Russes espèrent obtenir la possibilité d'exploiter ces larges ressources aujourd'hui interdites. En effet, le droit de la mer en vigueur fixe actuellement la zone économique exclusive d'un pays à 200 milles marins (environ 370 km) de ses côtes, lui donnant la souveraineté dans cette zone pour en exploiter les ressources. Au-delà, les eaux sont considérées juridiquement comme étant internationales.

L'ONU avait réclamé à Moscou en 2001 après une première requête d'apporter davantage de preuves pour appuyer sa revendication. Cette demande de la Russie sera examinée lors de la prochaine session ordinaire, a fait savoir la Commission de l'ONU. La Norvège avait obtenu, en 2009, certains territoires du Pôle Nord. Le Danemark a fait la même demande en décembre 2014. En revanche, cette demande, qui n'a toujours pas été approuvée, comprend la propriété du Pôle Nord, et est donc en conflit avec la demande russe. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales