Le Sénat irlandais vote l'interdiction des importations en provenance des colonies israéliennes

- Avec AFP

Le Sénat irlandais vote l'interdiction des importations en provenance des colonies israéliennes© Mussa Qawasma/Reuters
Illustration : la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie
Suivez RT France surTelegram

En Irlande, les importations en provenance des colonies, dont celles de l'Etat hébreu en Palestine occupée, seront désormais interdites. Israël a qualifié le vote des sénateurs irlandais de boycott «populiste, dangereuse et extrémiste».

Les sénateurs irlandais ont voté ce 11 juillet l'interdiction des importations de biens et services en provenance de colonies à travers le monde, dont les colonies israéliennes implantées dans les territoires palestiniens. La proposition de loi, votée par 25 sénateurs, contre 20, veut pouvoir engager des poursuites contre toute entité violant cette interdiction.

Le texte présenté par une sénatrice indépendante, Frances Black, a reçu le soutien de tous les partis irlandais, à l'exception du Fine Gael au pouvoir. Il doit toutefois encore être examiné par un comité parlementaire, avant d'être éventuellement soumis au vote des députés irlandais. 

Le secrétaire général de l'Organisation de libération de Palestine (OLP) Saëb Erekat a salué un vote «historique». «[C'est un] geste courageux [qui] envoie un message clair à la communauté internationale et en particulier au reste de l'Union européenne : parler d'une solution à deux Etats n'est pas suffisant sans mesures concrètes», a-t-il ajouté.

Une initiative de boycott d'Israël populiste, dangereuse et extrémiste

Israël a réagi en condamnant ce vote qui vient soutenir une «initiative de boycott d'Israël populiste, dangereuse et extrémiste». Dans un communiqué cité par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères affirme en outre envisager «une réponse». Le porte-parole du ministère, Emmanuel Nahshon, a de plus fait savoir que l'ambassadeur d'Irlande en Israël, Alison Kelly, était convoqué au ministère le 12 juillet. La diplomate irlandaise avait déjà été convoquée en janvier pour fournir des clarifications sur le texte, dont l'examen avait finalement été repoussé.

La décision du sénat irlandais est de nature à encourager les partisans du mouvement BDS (boycott, désinvestissement, sanctions), qui se targue périodiquement de succès symboliques, comme le refus de certains artistes de se produire en Israël, ce qui provoque un grand retentissement médiatique. Pour sa part, le patronat israélien minimise l'impact économique réel de ces appels au boycott. Néanmoins, Alison Kelly avait déjà souligné, en janvier, que le projet de loi n'était «pas une initiative du mouvement BDS».

Lire aussi : Israël coupe les vivres de Gaza à cause des cerfs-volants incendiaires

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix