Milos Zeman : la crise des migrants est née des opérations militaires occidentales au Moyen-Orient

Milos Zeman : la crise des migrants est née des opérations militaires occidentales au Moyen-Orient© Twitter
Le Président de la République Tchèque Milos Zeman.

Le Président de la République Tchèque s'est exprimé sur la question des migrants, arguant que la crise était une conséquence directe des interventions militaires de l'occident en Irak, Syrie et Libye.

«La vague de migrants [en Europe] prend racine dans l'idée absurde [des États-Unis] de lancer une intervention en Irak, qui était sensé avoir des armes de destruction massive, mais rien n'a été trouvé». Ainsi résonne Milos Zeman, le Président de la République Tchèque, sur la question des migrants. Dans une interview au journal populaire tchèque Blesk, dimanche 2 août, le chef de l'état a fustigé les interventions occidentales au Moyen-Orient, pointant du doigt ces initiatives comme les causes directes de la crise des migrants que connaît l'Europe.

Pour Zeman, les américains ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Ils partagent la faute avec leurs alliés occidentaux qui ont participé à «coordonner les opérations en Libye». Selon l'homme politique, la volonté occidentale de «restaurer l'ordre» en Libye et en Syrie aura été à l'origine d'un embrasement des conflits dans ces deux pays et à l'émergence d'organisations terroristes, poussant les populations locales à fuir leur pays.

Le Président tchèque a annoncé dans ce même entretien son intention de s'exprimer lors de la prochaine réunion de l'Assemblée générale des Nations-Unies (ONU) et d'y proposer la création d'unités militaires pour détruire les camps d'entraînement djihadistes.

L'opinion du Président Milos Zeman était sollicitée après un incident dans un centre de détention pour migrants, au Nord-Est de la République Tchèque. Plusieurs dizaines de détenus avaient pris part à une manifestation et tenté de fuir le centre, commettant des actes de vandalisme. La police avait du employer du gaz lacrymogène pour disperser la manifestation. Le chef de l'état a eu des mots sévères à l'égard des immigrants illégaux, leur rappelant que «personne ne vous a invité. Mais maintenant que vous êtes ici, vous devez respecter nos règles, comme nous respectons les vôtres lorsque nous nous rendons dans vos pays». Milos Zeman avait résumé sa pensée en une maxime : «si vous ne vous plaisez pas ici, partez».

En savoir plus : Le président tchèque se prononce pour l’annulation des sanctions contre la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»