Solde migratoire «nul» en Europe ? Après la Bosnie, BHL à nouveau en délicatesse avec la réalité

Solde migratoire «nul» en Europe ? Après la Bosnie, BHL à nouveau en délicatesse avec la réalité© SAFIN HAMED Source: AFP
Le philosophe Bernard-Henri Levy

Invité à livrer son analyse de la crise migratoire qui secoue l’Europe, Bernard Henri Levy a assuré que le solde migratoire était quasi nul. Une affirmation pourtant contredite par des chiffres officiels qui révèlent tout le contraire...

«Il n'y a pas de crise des migrants. Le solde migratoire, comme disent les démographes ou les économistes, est nul, c'est-à-dire que la balance entre les gens qui quittent l'Europe et les gens qui rentrent est à peu près à zéro» a affirmé le 24 juin, Bernard Henri Levy dans l’émission Le Grand Rendez-Vous diffusée par Europe 1-C News et Les Echos. Le très médiatique philosophe réagissait aux tensions grandissantes entre les pays européens concernant l’accueil des migrants.

Comme l'a repéré l'AFP sur sa plateforme de fact-checking Factuel, il s'agit là d'une énième assertion du philosophe qui se heurte à la réalité. Chiffres à l'appui, la journaliste d’Europe 1 Géraldine Woessner a rapidement rectifié : «C'est faux : le solde migratoire est au contraire largement positif en Europe. La dernière fois que ce solde a été négatif, c'était en 1984.»

Se référant à l'institut en charge des statistiques pour l'Union européenne, Eurostat, elle a en outre rappelé que la population européenne avait augmenté de 35 millions d’habitants depuis 1990 et que «77% de cette augmentation [était] due au seul solde migratoire» en raison notamment de l’instabilité politique et sécuritaire dans certains pays de la rive sud de la Méditerranée.

Et l'AFP d'enfoncer le clou : «Si l'écrivain voulait dire que ce solde migratoire s'approchait de zéro ces dernières années, c'est tout aussi faux : même s'il a entamé une décrue depuis, il a connu en 2015 un pic, similaire à un précédent autour de l'année 2003.»

Ce n’est pas la première fois que l’essayiste prend quelque liberté avec les faits. Dans un raisonnement visant à justifier les bombardements occidentaux contre Damas, il avait évoqué le 10 avril dans l’émission C à vous sur France 5 deux massacres aux «armes chimiques» en Bosnie. Pourtant, aucun des deux massacres évoqués, ceux du marché du Markala du 5 février 1994 et du 28 août 1995, n'a été décrit par les enquêtes internationales comme ayant été d'origine chimique. Là aussi, le philosophe avait été rattrapé par l'AFP.

Lire aussi : Affaire Babtchenko : BHL, Glucksmann, Duval... ces personnalités rattrapées par la vérité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter