Rodrigo Duterte qualifie Dieu de «fils de p*** stupide»

Rodrigo Duterte qualifie Dieu de «fils de p*** stupide»© Erik de Castro Source: Reuters
Rodrigo Duterte est le président philippin depuis le 30 juin 2016

Après Barack Obama, Kim Jong-un, Ban Ki-moon ou encore le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, le président des Philippines s'est trouvé une nouvelle victime : Dieu.

De Barack Obama à Ban Ki-moon, en passant par Kim Jong-un, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein, les narco-trafiquants ou l'Union européenne, chaque homme politique ou institution reçoit sa volée de bois vert de la part du président philippin Rodrigo Duterte. Le chef de l'Etat a profité d'un discours prononcé le 22 juin lors de l'ouverture d'un Sommet sur les technologies de l'information et de la communication à Davao pour tacler... Dieu.

En effet, Rodrigo Duterte n'a pas hésité à traiter le Très-Haut de «stupide» et de «fils de p***» pour avoir laissé Adam manger la pomme dans la Genèse, point de départ du mal.

Il a fait état de ses reproches à Dieu : «Tu as créé quelque chose de parfait et ensuite, tu réfléchis à un événement qui va [...] détruire la qualité de ton travail.»

«Quel est ce Dieu stupide ? Ce fils de pute est stupide [s'il a fait manger la pomme à Adam]», a poursuivi le dirigeant philippin.

Rappelant que, depuis, chaque homme et femme avait donc «le péché originel» dans ses gènes, Rodrigo Duterte a poursuivi son questionnement : «Quel genre de religion est-ce ? Je ne peux pas l'accepter.»

Toutefois Rodrigo Duterture a confié qu'il croyait en l'existence d'un «esprit universel». Très offensif contre la religion catholique, Rodrigo Duterte avait déjà fait une longue tirade en juin, accusant d'«hypocrisie» les prêtres catholiques qui critiquaient avec virulence la violente guerre menée par le gouvernement contre les trafiquants de drogue. En 2015, alors qu'il était encore maire de Davao, il avait même maudit le pape François à cause des embouteillages qu'avaient provoqués sa visite.

Précédemment, Rodrigo Duterte s'était fait un malin plaisir d'insulter ou de rabrouer dirigeants et responsables de tout poil. Le 3 juin, le président philippin avait estimé qu'un expert de l'ONU pouvait aller «au diable» pour l'avoir désapprouvé sur le récent limogeage de la présidente de la Cour suprême de l'archipel, Maria Lourdes Sereno. Parmi d'autres faits notables, en 2016, Rodrigo Duterte n'avait pas hésité à faire un doigt d'honneur à l'Union européenne, à traiter le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon d'«imbécile» ou à qualifier le président américain Barack Obama de «fils de p***».

Lire aussi : «C'est devenu mon idole» : Rodrigo Duterte encense Kim Jong-un après le sommet inter-coréen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»