Par erreur, une TV pro-Erdogan annonce la réélection du chef d'Etat turc cinq jours avant le scrutin

Par erreur, une TV pro-Erdogan annonce la réélection du chef d'Etat turc cinq jours avant le scrutin© Capture d'écran de TVNET
Les résultats cinq jours en avance des élections turques, données par TVNET.

Proche du gouvernement, la chaîne TVNET a diffusé les résultats des élections turques qui ont pourtant lieu cinq jours plus tard. Erdogan était annoncé vainqueur à 53%. Le média a annoncé qu'il s'agissait d'un test pour le jour J, diffusé par erreur.

Stupeur chez les téléspectateurs de la chaîne turque TVNET, proche du gouvernement, le 19 juin : leur télévision a brutalement annoncé les résultats du premier tour des élections présidentielles qui ont lieu... le 24 juin.

Le programme de nuit diffusait une émission de débat politique sur les élections, avant d'être interrompu sans crier gare par l'image d'un écran de résultats. Le président sortant Recep Tayyip Erdogan y était annoncé vainqueur du scrutin à 53%, avec 26 568 993 voix. Le candidat suivant, le social-démocrate Muharrem Ince, l'une des révélations de la campagne, arrivait second avec 26% des voix. «Urnes dépouillées : 100%», pouvait-on lire en haut à droite de l'écran.

TVNET prône une maladresse

Selon le quotidien allemand Bild, TVNET a répliqué qu'il s'agissait d'une «émission test» diffusée par maladresse. Mais ces résultats anticipés ont suscité interrogations et indignation chez les adversaires du chef d'Etat turc, qui ont partagé leur colère sur les réseaux sociaux. L'opposant Bayar Kimyongur, réfugié en Belgique, et dont la tête a été mise a prix par Ankara, a dénoncé ce qu'il pense être un «scandale». Une capture d'écran de la séquence vidéo a été diffusée.

L'opinion reste méfiante vis-à-vis des médias locaux, et la Turquie est fréquemment dans le viseur des défenseurs de la liberté de presse. En avril 2018, 14 journalistes du journal d'opposition Cumhuriyet ont été condamnés à de lourdes peines de prison, accusés d'avoir soutenu la nébuleuse du prédicateur Fethullah Gülen, considéré par le pouvoir comme le responsable du putsch avorté contre Recep Tayyip Erdogan. En février 2018, les célèbres journalistes Ahmet Altan, Mehmet Altan et Nazli Ilicak avaient été condamnés à la prison à vie.

Lire aussi : Menace de fermeture de mosquées et d'expulsions d'imams en Autriche : la Turquie est scandalisée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter