Vive opposition de la société danoise à la campagne «anti-réfugiés» proposée par les autorités

Ognen Teofilovski Source: Reuters
Ognen Teofilovski

Parlementaires, entreprises et soutiens à l’immigration rejettent vigoureusement la campagne de pub proposée par les autorités pour discréditer l’UE auprès des immigrés potentiels. Le monde économique redoute la forte dégradation de l’image du pays.

L’idée du gouvernement danois de rendre l’Union européenne (UE) moins glamour aux yeux des candidats potentiels à l’immigration provoqué un véritable tollé au sein de la société danoise. Certaines des plus grandes entreprises du pays se sont officiellement prononcées contre cette initiative gouvernementale qui consiste à publier dans la presse étrangère et internationale des messages à caractère publicitaire, ou plutôt «anti-publicitaire» puisqu’il s’agit de mettre en avant des éléments négatifs susceptibles de décourager ceux qui pensent à immigrer.

Pour ces sociétés, une telle mesure pourrait être considérée comme négative pour tous les étrangers, et pas uniquement les immigrés potentiels, compliquant passablement le recrutement d’employés étrangers dont l’économie danoise a besoin.

«Le gouvernement veut faire des pages entière d’annonces dans lesquelles on dit aux gens qu’on préférerait ne pas les voir. Cela ne nous rendra pas plus riches, mais seulement plus pauvres. C’est pourquoi chez Grundfos, nous recommandons de renoncer à cette initiative», a affirmé le directeur de la communication du fabricant de pompes Grundfos, Kim Nohr Skibsted, dans les colonnes du Jyllands-Posten.

«Par essence, cela illustre à quel point le ton s’est durci à l’égard des étrangers et les conséquences que cela pourrait avoir sur la croissance économique au Danemark pourraient être inquiétantes», a pour sa part fait savoir au site The Local le chef de Norisol, Carsten Hoeck.

«Ils devraient laisser tomber cette campagne», insiste Charlotte Mark, directrice administrative du Centre du Développement de Microsoft à Copenhague.

En parallèle à ces craintes commerciales, les publicités anti-réfugiés ont poussé les partisans des réfugiés à lancer une campagne sur Facebook, à laquelle environ 1 000 Danois se sont déjà ralliés et qui a déjà accumulé des donations à hauteur de 15 000 euros. Cet argent est destiné à lancer des publicités pro-réfugiés montrant qu’au Danemark, il y a d’autre points de vue que celui du gouvernement.

«Ce que nous voudrions, c’est voir des politiciens danois arrêter de compliquer la vie des réfugiés qui viennent ici, mais nous considérons aussi qu’il est très important de faire savoir dans le pays et à l’étranger que beaucoup de Danois souhaitent qu’on arrête de déshumaniser les réfugiés», souligne Marianne Rosenkvist, porte-parole de l’initiative.

«D’un côté, nous sommes surpris par le niveau de soutien que nous avons obtenu. On ne s’y attendait pas. De l’autre, en fait, je ne suis pas surprise que beaucoup de personnes soient d’accord avec nous», a-t-elle ajouté.

Les publicités anti-réfugiées n’ont pas trouvé non plus le soutien escompté auprès de la classe politique danoise.

«La question est de savoir si on cherche à résoudre les problèmes ou si on veut en profiter au plan politique», a confié l’eurodéputé Jens Rohde à Jyllans-Posten.

«Je voudrais que notre ministre – avant qu’elle ne mette beaucoup de choses en branle et commence à se frapper la poitrine sur les plateaux de télévision pour montrer à quel point elle est forte – se rende en visite dans ces pays et voie de ses yeux quelle est la vie dans des pays comme la Syrie, la Libye, la Grèce ou dans les camps de réfugiés», a-t-il ajouté.

«A mon avis, la campagne de Stojberg doit être la pire stratégie de marque du siècle», estime de son côté le parlementaire du parti libéral-social, Zenia Stampe.

En savoir plus: Le Danemark compte lancer une campagne «anti-danoise» à l’intention des demandeurs d’asile

Reste que Venstre, le parti au pouvoir, reste très attaché à sa stratégie anti-réfugiés. «Nous avons promis à nos électeurs d’introduire des mesures pour résister à l’afflux des demandeurs d’asile et c’est exactement ce que nous faisons actuellement», a déclaré la parlementaire Louise Schack Elholm.

L’initiative de diffuser des messages publicitaires anti-réfugiés dans les journaux étrangers a été annoncée la semaine dernière par le ministre danois de l’Intégration Inger Beinov Stojberg.

L’an dernier au Danemark, le nombre de demandeurs d’asile a presque doublé, atteignant 14 815 demandes en 2014, contre à 7 557 en 2013 et 6 184 en 2012, selon les chiffres du Service danois des migrations.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales