Burundi : assassinat du chef de la sécurité intérieure

La voiture de général Adolphe Nshimirimana, cible de l'attaque à la roquette qui a tué le chef des services de renseignements.© Twitter
La voiture de général Adolphe Nshimirimana, cible de l'attaque à la roquette qui a tué le chef des services de renseignements.

Le général Adolphe Nshimirimana, ancien chef de l'état-major de l'armée burundaise a été assassiné dans une attaque à la roquette dirigée contre sa voiture.

Le général Adolphe Nshimirimana était un personnage controversé sur l'échiquier politique burundais. Bras droit du président fraîchement réélu Pierre Nkurunziza, considéré comme sanguinaire par les puissances occidentales, il était interdit de séjour sur le sol américain. Il faisait néanmoins partie des hommes les plus puissants du pays.

Il a été assassiné dans les rues de la capitale burundaise Bujumbura, dans une attaque à la roquette dirigée contre sa voiture. Sa mort a été confirmée sur Twitter par le chef de la communication de la présidence burudaise, Willy Nyamitwe. «J'ai perdu un frère, un compagnon de lutte, la triste réalité c'est que le général Adolphe Nshimirimana n'est plus de ce monde», a-t-il publié sur les réseaux sociaux.

Le général Adolphe Nshimirimana© Facebook
Le général Adolphe Nshimirimana

Cet assassinat intervient quelques jours après la réélection du président burundais Pierre Nkurunziza. Ce dernier, en modifiant la constitution pour pouvoir se présenter une nouvelle fois à l'élection présidentielle, avait donné naissance à une vague de violence qui a déferlé sur tout le pays. D'après les Nations unies, les troubles auraient fait au total une centaine de morts et provoqué l'exil d'environ 170 000 Burundais.

En savoir plus : Les manifestations ravagent le Burundi

Fin juillet, le Burundi, petit pays d'Afrique de l'Est de langue française, a élu Pierre Nkurunziza à la présidence pour un troisième mandat, au terme d'un scrutin très controversé.

En savoir plus : Les élections au Burundi : «pas crédibles» selon Washington

Développement à suivre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales