Poutine : la Russie ne se retirera pas de Syrie avant d'avoir assuré ses «intérêts vitaux»

Poutine : la Russie ne se retirera pas de Syrie avant d'avoir assuré ses «intérêts vitaux»
Photo ©Ali Hashisho/Reuters

S'exprimant dans le cadre de sa session annuelle de questions-réponses en direct avec les Russes, le président a précisé que si les forces armées russes restaient en Syrie, les installations militaires n'avaient pas vocation à être permanentes.

Répondant en direct aux questions des Russes ce 7 juin 2018, Vladimir Poutine a évoqué les perspectives de la présence militaire russe en Syrie. «Nos militaires se trouvent dans cette région pour assurer les intérêts vitaux de la Russie», a déclaré Vladimir Poutine évoquant le conflit en Syrie, ajoutant que 90 % du territoire syrien était sous contrôle des forces syriennes et russes. «Pour l'instant nous n'envisageons pas de retirer ces unités», a-t-il souligné. «Elles resteront jusqu'à ce que [...] nos obligations internationales soient accomplies», a encore précisé le président russe, faisant référence au fait que la Russie est intervenue fin 2015 en Syrie, à la demande expresse et souveraine de Damas.

Vladimir Poutine a en outre souligné qu'en Syrie, les groupes armés terroristes avaient pu être concentré en une seule et même région. «Mieux vaut les combattre là qu'en Russie», a-t-il estimé, alors que l'extension maximale de Daesh en Syrie, en 2014 et 2015, pouvait constituer une menace, à terme, pour le sud de la Russie.

«La Syrie n'est pas un terrain d'entraînement militaire» pour la Russie

Pour autant, d'après le président russe, la Russie n'a pas vocation a maintenir une présence, à terme, en Syrie. «Nous ne construisons pas des installations à long terme», a toutefois précisé le président russe. «La Syrie n'est pas un terrain d'entraînement militaire», a-t-il ajouté.

Tout ceci nous a permis d'avancer dans la voie de la modernisation de nos forces armées

Nécessité faisant loi, Vladimir Poutine a toutefois relevé l'importance du conflit syrien pour l'armée russe. «Nous avons fait passer par la Syrie un nombre assez important d'officiers et de généraux», a-t-il expliqué, ajoutant : «Et ils ont compris ce qu'était un conflit moderne». «Tout ceci nous a permis d'avancer dans la voie de la modernisation de nos forces armées», a estimé le chef d'Etat.

A.K.

Lire aussi : Vers un monde multipolaire ? Pourquoi Poutine a besoin d'armes russes d'avant-garde (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»