«Usines à trolls» russes ? Poutine renvoie Washington à ses liens hypothétiques avec Soros

«Usines à trolls» russes ? Poutine renvoie Washington à ses liens hypothétiques avec Soros Source: Reuters
Vladimir Poutine et George Soros, montage
Suivez RT France surTelegram

Alors que le milliardaire américain George Soros «interfère dans les affaires du monde entier», Washington n'est jamais mis en cause. Pourquoi Moscou serait responsable des «usines à trolls» d'un homme d'affaires russe, s'interroge Vladimir Poutine ?

En visite officielle en Autriche ce 5 juin, le président russe Vladimir Poutine a accordé une longue interview à la télévision publique autrichienne ORF, diffusée la veille de ce voyage. Lors de celle-ci, le journaliste a notamment pressé de questions le chef d'Etat sur les «fermes à trolls» russes, derrière lesquelles les médias occidentaux n'hésitent pas à voir planer l'ombre du Kremlin.

Selon ces derniers, le pouvoir accordée à ces fameuses «fermes» est pratiquement sans limite, étant donné qu'elles joueraient selon la presse un rôle majeur dans les divisions actuelles de la société américaine, et auraient ni plus ni moins que porté au pouvoir le milliardaire américain Donald Trump, grâce à leurs activités sur les réseaux sociaux.

Interrogé sur sa relation personnelle avec l'homme d'affaires Evguény Prigojine, responsable de la plus importante «ferme à trolls» basée à Saint-Pétersbourg selon les médias occidentaux, le président russe a expliqué ne pas être au courant des activités auxquelles ce dernier s'adonnerait sur internet. «L'Etat russe n'a rien à voir avec ça», a-t-il soutenu. Ce reproche fait à Moscou est d'ailleurs pour le maître du Kremlin la preuve d'un poids deux mesures évident de la part des médias occidentaux, qu'il s'est appliqué à démontrer en dressant un parallèle avec le traitement réservé à une figure controversée, le milliardaire américano-hongrois George Soros.

«Il y a une personnalité aux Etats-Unis, monsieur [George] Soros, qui interfère dans les affaires du monde entier. J'entends souvent de la part de mes amis américains que les Etats-Unis, en tant qu'Etat, n'ont rien à voir avec [ses activités]», a ainsi fait remarquer Vladimir Poutine, avant de mettre en lumière la prochaine cible supposée du milliardaire.

«Des rumeurs circulent désormais sur le fait que monsieur [George] Soros compte rendre l'euro très volatile. Des experts en discutent déjà. Le département d'Etat [américain] va dire qu'il n'a rien à voir avec cela, que c'est une affaire privée de monsieur [George] Soros», a ainsi noté le président russe. Et de conclure en revenant aux accusations portées contre Moscou : «Et bien pour nous c'est l'affaire privée de monsieur [Evguény] Prigojine. Voilà, ma réponse, vous satisfait-elle?»

Lire aussi : «Stop Soros» : le gouvernement hongrois veut emprisonner les organisateurs de migrations illégales

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix