ONU : veto américain à une résolution du Conseil de sécurité appelant à protéger les Palestiniens

- Avec AFP

ONU : veto américain à une résolution du Conseil de sécurité appelant à protéger les Palestiniens© Shannon Stapleton Source: Reuters
L'ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley, le 1er juin

Un projet de résolution qui visait à protéger les Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée, a été rejeté par Washington, qui a utilisé son droit de veto. Le texte était soutenu par dix pays, dont la France et la Russie.

Les Etats-Unis ont opposé leur veto le 1er juin aux Nations unies à un projet de résolution présenté par le Koweït au Conseil de sécurité qui réclamait la protection des Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie occupée.

«Il est maintenant complètement clair que les Nations unies ont un biais irrémédiable contre Israël», a tonné la représentante américaine à l'ONU Nikki Haley, ajoutant que les membres du Conseil de sécurité «étaient prêts à rejeter la faute sur Israël, mais n'étaient pas prêts à le faire avec le Hamas». Dix pays, dont la Chine, la France et la Russie ont voté en faveur du texte présenté par le Koweït. Quatre autres (Royaume-Uni, Ethiopie, Pologne, Pays-Bas) se sont abstenus alors que les Etats-Unis ont voté contre.

«Ce silence n'est ni acceptable, ni même compréhensible. Il n'est pas acceptable pour les populations palestinienne et israélienne, premières victimes du conflit ; il n'est pas compréhensible pour le monde qui nous regarde et jugera sévèrement notre inaction face au risque d'un nouveau conflit au Moyen-Orient», s'est indigné l'ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre.

Nikki Haley a expliqué que le projet de résolution du Koweït, en condamnant Israël pour les récentes violences, était «largement inexact dans sa représentation des évènements récents». Le 31 mai, elle avait prévenu que les Etats-Unis mettraient «un veto certain» à ce texte du Koweït. La version finale de celui-ci appelait à «considérer des mesures garantissant la sécurité et la protection» des civils palestiniens et réclamant que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres présente un rapport sur un possible «mécanisme de protection international».

Peu de temps après ce vote, le Conseil de sécurité a rejeté un projet de résolution américain rendant responsable le Hamas palestinien des récentes violences dans la bande de Gaza. Les Etats-Unis sont le seul pays à avoir voté pour ce texte, alors que onze pays se sont abstenus et le Koweït, la Bolivie et la Russie ont voté contre.

Au moins 123 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le début de la «marche du retour» fin mars. Aucun Israélien n'a été tué. 

Pour être adopté à l'ONU, un projet de résolution doit recueillir neuf votes sur les 15 membres du Conseil et aucun veto des membres permanents qui sont le Royaume-Uni, la Chine, la France, la Russie et les Etats-Unis.

Lire aussi : Escalade de violence entre Gaza et Israël : le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»