La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires

- Avec AFP

La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires© DIGITAL GLOBE Source: Reuters
Le site nucléaire de Punggye-ri, photographié le 23 mai

Selon l'agence Associated Press et le média britannique Sky News, le site d'essais nucléaires de Punggye-ri a été démantelé par les autorités nord-coréennes. Une information confirmée par la suite par Pyongyang.

L'agence Associated Press et la chaîne britannique Sky News ont annoncé le 24 mai que la Corée du Nord avait démantelé son site d'essais nucléaires, situé dans le nord-est du pays, à Punggye-ri. L'information a par la suite été confirmée par Pyongyang : les autorités coréennes, selon l'AFP, ont en effet déclaré avoir «complètement» démantelé leur site d'essais nucléaires.

Quelques journalistes étrangers ont d'ailleurs été invités à observer l'opération. «Il y a eu une explosion énorme, on a pu la ressentir, la poussière nous arrivait dessus, la chaleur nous arrivait dessus, le bruit était très fort», a déclaré Tom Cheshire, un journaliste de Sky News, sur le site de la chaîne de télévision britannique. L'agence de presse sud-coréenne Yonhap, qui cite des journalistes d'un pool sud-coréen présent sur les lieux, a déclaré que de multiples explosions avaient pu être entendues tout au long de la journée.

Punggye-ri a été le théâtre des six essais nucléaires menés par Pyongyang, dont le dernier en date a eu lieu en septembre. Ce test, le plus puissant à ce jour, aurait concerné une bombe à hydrogène. Les spécialistes sont divisés sur le fait de savoir si le site sera vraiment rendu inutilisable, comme s'y est engagée fin avril la Corée du Nord

«Kim Jong-un a dit, au cours du sommet avec le président Moon Jae-in [du 27 avril], qu'il procéderait à la fermeture du site [d'essais atomiques] en mai et qu'il allait bientôt inviter des experts de Corée du Sud et des Etats-Unis, ainsi que des journalistes pour révéler le processus à la communauté internationale de manière transparente», avait expliqué Yoon Young-chan, porte-parole de la présidence sud-coréenne, le 29 avril. Lors de leur rencontre le 27 avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et son homologue sud-coréen Moon Jae-in avaient convenu de parvenir via la «dénucléarisation totale» à «une péninsule coréenne non nucléaire».

Lire aussi : Trump estime «très probable» que Kim Jong-un finisse comme Kadhafi s'il n'y a pas d'accord

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»