Bombe H : la communauté internationale condamne l'essai nucléaire nord-coréen

Bombe H : la communauté internationale condamne l'essai nucléaire nord-coréen© KCNA Source: Reuters
Le leader nord-coréen Kim Jong-un

Pékin, Moscou, Tokyo, Séoul et Paris n'ont pas tardé à condamner le nouvel essai nucléaire mené par Pyongyang. Alors que la Russie a ajouté un appel au calme, la Corée du Sud a demandé contre Pyongyang la «punition la plus forte».

En revendiquant l'essai réussi d'une bombe à hydrogène, la Corée du Nord s'est attirée de vives condamnations au sein de la communauté internationale, y compris de la part de la Chine, son principal allié, tandis que Séoul appelait à durcir les sanctions contre Pyongyang.

Avec son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, la Corée du Nord présente un nouveau défi pour la communauté internationale, un mois après l'adoption de nouvelles sanctions onusiennes.

Pékin, Moscou, Tokyo, Séoul et Paris n'ont pas tardé à condamner cette nouvelle violation de multiples résolutions de l'ONU exigeant la fin des programmes nucléaire et balistique nord-coréens.

La Chine, principal allié et soutien économique du régime de Kim Jong-Un, a condamné vigoureusement ce nouveau test, exhortant son voisin à «cesser ses actions erronées qui aggravent la situation et ne servent pas ses propres intérêts».

Dès l'annonce d'un séisme imputé à une probable explosion en Corée du Nord, le premier ministre nippon Shinzo Abe a déclaré qu'un nouvel essai nucléaire était absolument inacceptable.

Le président sud-coréen Moon Jae-In a de son côté demandé d'infliger «la punition la plus forte» contre Pyongyang, notamment via de nouvelles sanctions dans le cadre de l'ONU afin d'«isoler complètement la Corée du Nord».

Lui faisant écho, le président français Emmanuel Macron a appelé  la communauté internationale à réagir avec la plus grande fermeté, estimant que le test nord-coréen portait atteinte à la paix et à la sécurité.

Moscou, tout en condamnant le mépris manifesté par Pyongyang pour les résolutions onusiennes, a surtout lancé un appel à la retenue.

«Il est impératif de rester calme et s'abstenir de toute action qui conduirait à une nouvelle escalade», a averti le ministère russe des Affaires étrangères.

Pyongyang revendique l'essai «parfaitement réussi» d'une bombe H

La Corée du Nord a réalisé le 3 septembre son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, affirmant avoir testé une bombe à hydrogène.

Les agences géologiques étrangères ont d'abord détecté une secousse sismique d'une magnitude de 6,3 près du principal site nord-coréen d'essais nucléaires, à Punggye-Ri, dans le nord-est du pays.

Tokyo a confirmé peu après qu'il s'agissait d'un essai nucléaire. Et quelques heures plus tard, une présentatrice de la télévision publique nord-coréenne a annoncé sur un ton jubilatoire le test de la bombe à hydrogène, qui a été «une réussite parfaite». 

La bombe, «d'une puissance sans précédent», marque «une étape très importante, dans la poursuite du but final qui est de parachever la force nucléaire de l'Etat», a-t-elle ajouté.

La télévision d'Etat a diffusé une image de l'ordre manuscrit de Kim Jong-un demandant que l'essai soit conduit ce 3 septembre à midi.

Quelques heures auparavant, la Corée du Nord avait publié d'autres photos montrant le dirigeant nord-coréen inspectant ce qui était présenté comme une bombe H (bombe à hydrogène ou thermonucléaire) pouvant être installée sur le nouveau missile balistique intercontinental dont dispose le régime nord-coréen.

Beaucoup plus puissante

Les bombes H sont beaucoup plus puissantes que les bombes atomiques classiques déjà testées par la Corée du Nord.

Selon des spécialistes sud-coréens, la puissance de la nouvelle secousse était cinq à six fois supérieure à celle du précédent essai de septembre 2016. La Corée du Nord avait alors fait exploser une bombe de 10 kilotonnes.

Quelle que soit la puissance de la déflagration, Jeffrey Lewis, du site armscontrolwonk.com, a estimé qu'il s'agissait d'une arme thermonucléaire, ce qui constitue un progrès notoire dans les programmes nucléaire et balistique nord-coréens, pourtant interdits par la communauté internationale.

Un séisme d'une magnitude 4,6 a également secoué la Corée du Nord moins de dix minutes après la première secousse, a fait savoir le Centre chinois de surveillance sismologique. Il a avancé l'hypothèse d'un affaissement, ce qui suggère que la déflagration pourrait avoir entraîné un effondrement de la roche située au-dessus du lieu de l'explosion.

La Corée du Nord n'a jamais caché que ses programmes interdits avaient pour but de mettre au point des missiles balistiques intercontinentaux susceptibles de porter le feu nucléaire sur le continent américain. 

Elle se dit acculée à cette stratégie militariste par la menace que constitue pour sa survie l'arsenal américain.

Cet essai ne manquera pas d'aggraver des tensions déjà très fortes sur la péninsule.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a dénoncé l'essai, mené «au mépris complet des demandes répétées de la communauté internationale».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a d'ores et déjà infligé sept trains de sanctions au Nord pour tenter de le contraindre à renoncer à ses programmes interdits.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.