«J'espère retourner dans mon pays» : Ioulia Skripal donne sa première interview

«J'espère retourner dans mon pays» : Ioulia Skripal donne sa première interview © Dylan Martinez Source: Reuters
Ioulia Skripal

Ioulia Skripal est apparue pour la première fois dans une vidéo, diffusée par Reuters. Sans rentrer dans les détails de son empoisonnement, elle est revenue sur son traitement et a fait part de sa volonté, à long terme, de rentrer en Russie.

Ioulia Skripal a donné sa première interview depuis l'empoisonnement dont elle a été victime avec son père, l'ancien agent double russe Sergueï Skripal, le 4 mars dernier sur un banc de la ville de Salisbury, en Angleterre.

«J'ai toujours du mal à accepter que nous avons tous les deux été attaqués. Nous sommes si chanceux d'avoir survécus à cette tentative d'assassinat», a-t-elle confié dans un entretien enregistré par l'agence de presse Reuters, précisant que leur rétablissement avait été «lent et extrêmement douloureux». «Le fait qu'un agent innervant ait été utilisé est choquant. Je ne veux pas entrer dans les détails mais le traitement clinique était douloureux et déprimant», a poursuivi la jeune femme. Des propos qu'elle a réitérés par écrit dans une lettre.

Ioulia Skripal n'a par ailleurs pas fait de commentaires sur l'identité du responsable de son empoisonnement. «Ma vie a été bouleversée, je suis toujours dans un processus d'analyse de ce qui m'est arrivé, physiquement comme émotionnellement», a-t-elle simplement assuré, expliquant vivre dans le présent et aider son père à récupérer. «Sur le long terme, j'espère retourner dans mon pays», a-t-elle encore précisé.

Auteur: RT France

L'ambassade russe rappelle Londres à ses obligations

L'ambassade de Russie à Londres a salué la diffusion de cette interview, déclarant être heureuse d'avoir vu Ioulia Skripal, ressortissante russe, «vivante et [allant] bien». Mais elle a toutefois rappelé que cela ne libérait pas les autorités britanniques de leurs obligations relatives aux conventions consulaires. «Le Royaume-Uni a l'obligation de nous donner l'occasion de parler directement à Ioulia afin de s'assurer qu'elle n'est pas retenue contre son gré et ne parle pas sous pression», a déclaré l'ambassade dans un communiqué.

La diplomatie russe a en outre soulevé plusieurs questions. «A en juger par un certain nombre d'éléments, le texte [en russe] était une traduction de l'anglais et avait été initialement écrit par quelqu'un dont l'anglais est la langue maternelle», a ainsi fait remarquer l'ambassade. «Les lettres manuscrites signées par Ioulia en russe et en anglais confirment cette impression», a-t-elle poursuivi.

Depuis le début de l'affaire, Londres accuse Moscou d'être responsable de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia. L'incident a provoqué une grave crise diplomatique entre la Russie et les pays occidentaux, qui s'est traduite par la plus importante vague d'expulsions croisées de diplomates de l'Histoire.

Moscou, qui clame son innocence, estime que sa version des faits se trouve renforcée par les déclarations du laboratoire britannique ayant analysé la substance utilisée contre l'ex-agent double. Ce dernier l'a identifiée comme étant un «novitchok», un agent innervant de type militaire développé par l'URSS, mais a reconnu ne pas avoir de preuves qu'il proviendrait de Russie. Et ce alors même que le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, avait assuré que le laboratoire lui avait confirmé l'origine russe de la substance.

Le 17 mai, plusieurs médias allemands ont par ailleurs révélé que les services secrets allemands s'étaient procuré dans les années 1990, via un transfuge russe, un échantillon de l'agent neurotoxique «novitchok». Quelques jours plus tôt, le président tchèque Milos Zeman avait également affirmé que son pays avait développé un agent innervant de type «novitchok» en petite quantité, en se basant sur les déclarations du directeur d'un laboratoire militaire tchèque. Si ce dernier avait été limogé face à la polémique suscitée, il n'en avait pas moins maintenu ces propos.

Lire aussi : Les services secrets allemands ont eu accès au Novitchok dans les années 1990

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter