Géorgie : gigantesque fête devant le Parlement contre des descentes de police dans une boîte techno

Géorgie : gigantesque fête devant le Parlement contre des descentes de police dans une boîte techno© David Mdzinarishvili Source: Reuters
Manifestation devant le Parlement géorgien, le 12 mai

Au lendemain d'opérations policières anti-drogue dans deux établissements fréquentés de la capitale, des milliers de Géorgiens ont décidé d'occuper les rues de Tbilissi, réclamant les démissions du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur.

Samedi 12 mai, près de 4 000 personnes se sont réunies devant le Parlement géorgien pour exiger les démissions du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur. La veille au soir, les forces de l'ordre avaient procédé à des opérations anti-drogue dans deux discothèques de Tbilissi : le Café Gallery et le club Bassiani, parmi les plus réputées du pays.

Très vite, plusieurs vidéos de la manifestation ont été diffusées sur les réseaux sociaux. L'événement s'est peu à peu transformé en une gigantesque rave party improvisée devant le Parlement.

Le ministère de l'Intérieur affirme que ces opérations de police ont permis l'arrestation de huit trafiquants présumés dans la nuit du 11 au 12 mai, mais les manifestants dénoncent une opération visant à faire appliquer des lois strictes et à freiner le développement des boîtes de nuit à Tbilissi. Selon des témoignages rapportés par le site RadioFreeEurope, certaines personnes accusent la police d'avoir elle-même introduit de la drogue dans les lieux qu'elle a perquisitionnés.
Alors que la mobilisation continue ce dimanche 13 mai, il semblerait que des individus venant de l'extérieur aient tenté de perturber l'événement.

Dans une vidéo postée sur Twitter, on voit en effet la police bloquer l'arrivée des personnes se dirigeant vers la foule.

Auteur: RT France

Lire aussi : Géorgie : armés de saucisses, des pro-viande attaquent un restaurant vegan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter