En pleine remise du prix Charlemagne, Macron tente de faire pression sur Merkel pour réformer l'UE

En pleine remise du prix Charlemagne, Macron tente de faire pression sur Merkel pour réformer l'UE© Ina Fassbender Source: AFP
Emmanuel Macron et Angela Merkel lors de la remise du prix Charlemagne le 10 mai 2018 à Aix-la-Chapelle

Décidés à refonder une UE post-Brexit, Angela Merkel et Emmanuel Macron peinent à s'entendre. Alors qu'il recevait le prix Charlemagne des mains de celle-ci, le chef de l'Etat a eu des propos sévères contre son «fétichisme» de l'excédent budgétaire.

Alors qu'il recevait à Aix-la-Chapelle ce 10 mai le prix Charlemagne des mains de la chancelière allemande Angela Merkel, Emmanuel Macron a tenté d'influencer celle-ci à propos de la réforme de l'Union européenne qu'il juge nécessaire – et dont il espère être l'incarnation sur la scène internationale. 

«N'attendons pas. Agissons maintenant !», a lancé le président français, comme pour mieux souligner l'immobilisme qui semble caractériser le leadership allemand sur la scène européenne depuis une décennie. Se fendant d'une pique à l'égard du «fétichisme» allemand des excédents budgétaires, le chef de l'Etat a ainsi tenté de placer son homologue face à ses responsabilités... devant une foule de journalistes qui n'étaient initialement pas venus écouter un discours critique vis-à-vis de Berlin.

Alors qu'approche le sommet des dirigeants européens qui doit permettre de lancer une refondation de l'Union, européenne (UE) post-Brexit en juin prochain, Emmanuel Macron et Angela Merkel ne sont toujours pas parvenus à s'entendre sur le cap à suivre : les discussions achoppent notamment sur les propositions françaises visant à doter la zone euro d'un budget d'investissement pour doper la croissance. Une option que Berlin rechigne à considérer, tant il lui semble qu'elle se ferait au détriment des finances allemandes et au profit des pays du Sud.

Je crois à un budget européen beaucoup plus ambitieux, je crois à une zone euro plus intégrée, avec un budget propre

«Ne soyons pas faibles et choisissons», a martelé Emmanuel Macron lors de son discours. Nouveau récipiendaire du prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle (Internationaler Karlspreis der Stadt Aachen, depuis 1988 Internationaler Karlspreis zu Aachen) récompensant chaque année des «personnalités remarquables qui se sont engagées pour l'unification européenne», le président français a poursuivi son allocution sur un ton étonnement sévère à l'encontre de celle qui venait de lui remettre la récompense.

«Je crois à un budget européen beaucoup plus ambitieux, je crois à une zone euro plus intégrée, avec un budget propre», a-t-il insisté. Dans des propos inhabituellement durs, Emmanuel Macron s'en est ensuite pris à la timidité de l'Allemagne concernant les dépenses et l'investissement. «En Allemagne, il ne peut y avoir un fétichisme perpétuel pour les excédents budgétaires et commerciaux, car ils sont faits aux dépens des autres», a-t-il lancé.

En réalité, le volontarisme affiché par Emmanuel Macron est avant tout une tentative de faire peser la responsabilité de la stagnation des discussions avec l'Allemagne sur les seules épaules d'Angela Merkel. Objectif du président français : s'arroger le rôle du réformateur ambitieux, à un an des élections européennes, et faire passer la chancelière allemande pour l'incarnation du conservatisme frileux. «Nous avons des cultures politiques et des manières d'approcher les sujets européens différentes», a diplomatiquement et sobrement commenté cette dernière.

Lire aussi : Nouveau budget européen : abondance pour les uns, austérité pour les autres, menaces pour tous ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter