Crise des migrants : des parlementaires britanniques veulent déployer l'armée

Déployer l'armée pour faire face aux migrants est une idée qui séduit de plus en plus de parlementaires britanniques.© Twitter
Déployer l'armée pour faire face aux migrants est une idée qui séduit de plus en plus de parlementaires britanniques.

Alors qu'une nouvelle vague de migrants a pris d'assaut le site d'Eurotunnel dans la nuit du mercredi 29 au jeudi 30 juillet, l'idée d'utiliser l'armée pour faire face au problème intéresse de plus en plus le Parlement britannique.

«Il est temps de considérer des options plus radicales, y compris l'utilisation de l'armée». Ainsi s'est exprimé le député britannique Andrew Percy, du parti Tories (droite). Par ces mots, il résume l'opinion de plusieurs de ses pairs, de tous bords politiques. Les derniers constats dans la gestion de la crise ont apporté des conclusions alarmantes, la société Eurotunnel annonçant avoir déjà stoppé 37 000 migrants sur leur site de Calais et le député Labour (gauche) Keith Vaz affirmant avoir été témoin de l'arrivée de 148 migrants sur le sol anglais. Une affirmation confirmée par la Secrétaire d’Etat britannique Theresa May, qui a admis pour la première fois, mercredi 29 juillet, que certains migrants parvenaient à rejoindre Douvres.

En savoir plus : la situation des migrants à Calais «très préoccupante» pour David Cameron

Si le Parlement britannique en vient à une telle extrémité dans le débat, c'est notamment à cause de la gestion de crise très critiquée de David Cameron. En voyage officiel en Extrême-Orient, le Premier ministre britannique s'est exprimé depuis le Vietnam, promettant de renforcer la sécurité et de déporter plus de migrants illégaux ayant traversé la Manche. «Il y a des essaims de personnes qui passe la Méditerranée à la recherche d'une vie meilleure, et qui veulent entrer en Grande-Bretagne parce qu'il y a du travail, une économie de croissance et que c'est un endroit incroyable où vivre».

Des annonces qui ne parviennent pas à atténuer les critiques sur sa gestion de crise. Le leader du parti indépendantiste UKIP, Nigel Farage, a dit à la radio qu'il fallait «nous assurer que nous avons effectivement les ressources nécessaires pour contrôler les chargements des camions entrant dans le pays, afin de stopper les migrants clandestins. Si dans de telles circonstances, nous pouvons utiliser l'armée ou d'autres forces, alors pourquoi ne pas le faire ?». Une opinion partagée par un certain nombre de parlementaires, soutenus par les sociétés de transports pour qui les perturbations dans le trafic de l'Eurotunnel constituent un manque à gagner «de 250 livres [350€] par jour». Ce groupe de députés estime qu'une intervention de l'armée britannique est nécessaire, la France ayant «perdu le contrôle» de la crise.

En savoir plus : UKIP : C’est à la France de résoudre le problème des migrants, c’est leur pays

Attaqué de toute part, le Premier ministre David Cameron fait l'objet d'une pétition remettant en question l'«Opération Stack», un système qui transforme l'autoroute partant du port de Douvres en un parking pour camion, lorsque les afflux de migrants à Calais bloquent la circulation dans l'Eurotunnel. La pétition, qui a déjà recueilli plus de 23 0000 signatures, en appelle directement au chef du gouvernement britannique, exigeant une solution alternative à l'«Opération Stack». Une nouvelle épine dans le pied du Premier ministre, qui fait désormais face à un front de ses citoyens, en plus de ses parlementaires.

En savoir plus : «On est face à des invasions systématiques», estime le PDG d'Eurotunnel 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales